Accueil Economie

Importations agricoles d’Ukraine: accord dans l’UE sur des restrictions renforcées

Les États membres de l’UE et le Parlement européen se sont accordés lundi pour imposer des restrictions renforcées sur les importations agricoles venant d’Ukraine. La présidence belge du Conseil de l’UE l’a indiqué lundi soir.

Temps de lecture : 2 min

L’exemption douanière accordée à l’Ukraine sera renouvelée pour un an, mais les importations de volailles, œufs, sucre, maïs, miel et avoine seront plafonnées. Les importations de blé ne seront, elles, pas limitées.

L’Union européenne accorde depuis 2022 à Kiev une exemption de droits de douane pour soutenir le pays face à l’invasion russe. Ces mesures commerciales autonomes sont en vigueur jusqu’au 6 juin et doivent dès lors être renouvelées.

Cependant, une partie du monde agricole a accusé l’afflux de produits ukrainiens de plomber les prix locaux. Ces flux relèveraient aussi d’une concurrence «déloyale», car l’agriculture ukrainienne n’est pas soumise aux mêmes normes que les agriculteurs de l’UE.

La Commission avait proposé de reconduire l’exemption douanière pour un an, mais avec des restrictions agricoles. «Des mesures correctives» pourraient être adoptées rapidement en cas de «perturbations importantes» sur le marché. De plus, les importations dédouanées de volailles, œufs, sucre, maïs, miel et avoine seraient plafonnées aux volumes importés en 2022-2023. Au-dessus de ces volumes, des tarifs seraient automatiquement réimposés.

Après un premier accord entre États membres et Parlement le 20 mars dernier, le texte avait été quelque peu modifié. Les ambassadeurs des États membres proposaient d’élargir la période de référence du plafonnement. Plus précisément: volaille, oeufs, etc. seront plafonnés aux volumes moyens importés entre mi-2021 et fin 2023. Cela a pour effet de réduire un peu plus le total des exportations ukrainiennes vers l’UE.

Comme les ambassadeurs avaient modifié l’accord provisoire du 20 mars, le texte devait remporter à nouveau l’aval du Parlement, ce qui a été obtenu lundi.

A lire aussi en Economie

Du bœuf wallon à la cantine de l’Epasc!

Conso Manger de la viande provenant directement des élevages ? C’est le pari réussi de l’école provinciale d’agronomie et des sciences de Ciney (Epasc). En effet, dorénavant les 820 élèves que compte cette école peuvent retrouver ce produit 100 % wallon dans leur cantine. Une manière de s’alimenter saine et durable qui semble avoir convaincu ces agriculteurs en herbe !
Voir plus d'articles