Accueil Voix de la terre

Amis des chevaux et de la nature, bonjour!

À l’heure ou bien des gens se plaignent parfois à tort, mais le plus souvent à bon escient, de devoir tirer sur les deux bouts pour vivre décemment, je les invite à participer au week-end du cheval initié, par la Région wallonne, son ministre de l’agriculture et la confédération Wallonie Bruxelles du cheval, les 7 et 8 octobre. Cet événement se passe à travers toute la Wallonie et je suis certaine qu’il doit y avoir un site à visiter près de chez vous. Profitez sans modération du calme et de la sérénité de la nature en compagnie de tous ces professionnels du monde équestre, impatient de vous faire partager leur passion.

Temps de lecture : 2 min

Car croyez-moi, il faut être passionné pour continuer ces métiers et parfois un coup de gueule est bien nécessaire. Bien des gens pensent encore aujourd’hui que les manèges ou écuries d’élevage brassent de l’argent et se frottent les mains d’aise. Et pourtant ! Avez-vous une idée de ce que coûte un poulain ? C’est bien avant sa naissance qu’il faut ouvrir le portefeuille, la jument doit être échographiée pour être inséminée au moment optimal. Cela à un coût ! La dose d’insémination coûte +/- 250 euros suivant l’étalon choisi et la race. Une autre écho doit confirmer ou infirmer la grossesse. Pendant les 11 mois de gestation, la jument reçoit une alimentation appropriée ainsi que des compléments (levure de bière, graine de lin, et autres favorisant la lactation…). Quand le poulinage se déroule bien, ce qui est heureusement souvent le cas, le véto doit venir faire un soin et injecter le premier vaccin. Ensuite nous devons le déclarer au stud-book national et doit être pucé. Après le sevrage, les mâles doivent être castrés.

Voilà pour le côté financier ! Mais cela va bien au-delà, en effet, nous leur donnons tellement de temps et d’affection afin d’en faire des chevaux sains, aux critères physiques reconnus. Le plus important à nos yeux, c’est de proposer à l’acheteur des chevaux avec un bon mental, bien dans leur tête et qui feront d’excellents compagnons. Alors, il est vrai que l’on s’énerve parfois lorsque certaines personnes nous demandent deux chevaux pour le prix d’un !

Lors de ce week-end, les heureux participants ne se plaindront pas, bien au contraire, c’est avec fierté et enthousiasme qu’ils vous recevront chez eux. Ils vous diront très certainement qu’ils font le plus beau métier du monde !

Alors, n’hésitez pas à venir encourager par votre présence tous ces passionnés !

Marie-Christine

A lire aussi en Voix de la terre

Noël au balcon, PAC au tison

Voix de la terre Les syndicats agricoles wallons ont passé les semaines qui ont suivi Noël au balcon, confortablement installés et curieux d’observer les agriculteurs européens se placer en ordre de marche pour crier au monde les graves difficultés qui les accablent. Polonais, Roumains, Allemands, Français… : chaque nation y allait de ses revendications personnelles. Fin janvier, nos confrères d’Outre-Quiévrain ont multiplié les appels du pied aux « Bèljeus » , pour qu’ils rejoignent le vaste mouvement de révolte paysanne. Les jeunes de la FJA, titillés dans leur amour-propre, ont répondu tout d’abord timidement, puis se sont piqués au jeu, retournant à la française les plaques des agglomérations, puis sortant enfin les tracteurs pour descendre dans les rues et monter sur les autoroutes.
Voir plus d'articles