Accueil Volailles

Appel à l’approbation rapide d’une dérogation pour les œufs de poules «plein air»

Le Copa-Cogeca demande que soit d’urgence portée de 12 à 16 semaines la période pendant laquelle les poules élevées en plein air pourront être maintenues en intérieur sans que leurs œufs perdent le statut « origine poules élevées en plein air ».

Temps de lecture : 2 min

Les organisations et coopératives agricoles de l’UE, Copa-Cogeca, ont demandé par une lettre du 26 octobre au président de la commission de l’Agriculture du Parlement européen, que les eurodéputés, de même d’ailleurs que le Conseil des Vingt-huit, approuvent de façon urgente, avant le 20 novembre, le projet d’acte délégué de la Commission européenne visant à porter de 12 à 16 semaines la période pendant laquelle les poules élevées en libre parcours pourront être maintenues en intérieur sans que leurs œufs perdent le statut commercial d’œufs de poules élevées en plein air.

En 2016/2017, plus de 80 % de ces poules ont dû, selon les estimations, être mises à l’abri plus de 12 semaines dans l’Union pour les protéger du virus de la grippe aviaire. Avec, en conséquence, selon le Copa-Cogeca, de fortes baisses de revenu pour les producteurs qui n’ont plus pu étiqueter les œufs comme provenant de poules élevées en plein air.

Le territoire européen peut être régulièrement affecté par des foyers de différentes souches de grippe aviaire – faiblement ou hautement pathogène – du fait de la migration des oiseaux sauvages, rappellent les organisations agricoles dans leur lettre au président de la commission parlementaire. « Il est donc urgent d’amender les règles actuelles de commercialisation des œufs avant la prochaine saison de façon à dégager une solution stable qui rend possibles les investissements à long terme dans les élevages en plein air », plaident-elles.

A lire aussi en Volailles

L’abattage de porcs chute en Belgique, tandis que les bovins se maintiennent

Animaux En 2023, les abattoirs belges n’ont pas pu maintenir leur production au niveau de l’année précédente. C’est surtout la branche porcine qui a souffert, alors que du côté des viandes bovines la situation se stabilise. On fait le point après des années difficiles dues à la crise Covid-19 et la baisse de la demande étrangère (chinoise, notamment).
Voir plus d'articles