Accueil pommes de terre

Pomme de terre: Brexit, alimentaire et Afsca

L’Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire se dit pleinement consciente des difficultés que risquent de rencontrer les opérateurs dans le cadre du Brexit.

Temps de lecture : 1 min

Une rubrique dédiée existe déjà sur www.afsca.be/professionnels/importation/ brexit, relève la Fiwap dans un avis du 12 février.

L’Afsca a toutefois décidé de créer un site internet spécifique «afin de mieux répondre aux interrogations des entreprises de la chaîne alimentaire au sens large». Ce nouveau site web sera mis en ligne mi-février et sera régulièrement mis à jour en fonction des développements. Les opérateurs pourront y trouver la réponse à de nombreuses interrogations. Cette voie d’accès à l’information sera fortement à privilégier.

Moindres stocks en Allemagne

Par ailleurs, le Statistiche Bundesamt allemand indique il y avait, au 31 décembre dernier, 1,5 million de t en moins dans les hangars par rapport à l’année précédente à la même date, soit un recul de 35%. D’où le marché très tendu de ces derniers mois, et les hausses successives des prix aux producteurs. Cela explique les transferts de pommes de terre du marché du frais vers la transformation, les hausses répétées des prix des variétés du frais, les difficultés des exportateurs, et les introductions plus précoces que d’habitude provenant de France.

A lire aussi en pommes de terre

Pommes de terre NEPG: une disponibilité en plants préoccupante!

pommes de terre Au cours de la saison 2023, les producteurs de pommes de terre ont été confrontés à des conditions climatiques difficiles, à une forte pression des maladies et à une augmentation des coûts. Le NEPG estime qu’environ 11.000 hectares de pommes de terre sont définitivement irrécupérables et qu’un minimum de 650.000 tonnes ont été perdues (dans les champs ou après la récolte). En raison d’une offre réduite de plants, le début de la nouvelle saison de culture 2024 présente déjà de grands défis.
Voir plus d'articles