Viens on sème

Viens on sème

Bon serviteur et très mauvais maître, il cause d’avantage de problèmes qu’il n’en résout, et nous précipite vers l’avant, vers l’abîme, dans une course en déséquilibre constant, toujours plus vite, le long d’une pente où tout arrêt est impossible, ou toute chute équivaut à un crash épouvantable, pour soi-même et sa famille. Si ce n’était ce foutu fric, le métier d’agriculteur serait tellement beau, épanouissant, enrichissant pour l’âme. Mais non, le paradis paysan nous a été ôté, ou plutôt, nous nous sommes laissés dépouiller, comme de braves moutons qu’on conduit en troupeau sur les...

Cet article est réservé aux abonnés

Lire la suite de cet article ? Enregistrez-vous gratuitement et lisez 3 articles supplémentaires

Enregistrez-vous pour lire plus d'articles gratuitement
J'en profite
Je suis abonné et
je dispose déjà d'un compte
Je me connecte
Je suis abonné au journal
mais n'ai pas encore activé mon compte en ligne
Je m'inscris

Le direct

Le direct