Accueil Economie

Le Belge a mangé un peu moins de poisson en 2018

Le Belge a cuisiné chez lui en moyenne 7,5 kg de poisson, mollusques et coquillages l’année passée, soit 5% de moins par rapport à 2017, ressort-il d’une étude menée par le bureau d’étude de marché GfK Belgique et commandée par le Centre flamand pour la commercialisation de l’agriculture et de la pêche (VLAM, Vlaams Centrum voor Agro- en Visserijmarketing). Le cabillaud reste le poisson le populaire, suivi du saumon. Ensemble, ils représentent plus de la moitié des ventes de poisson frais.

Temps de lecture : 2 min

Si les ménages belges ont dépensé 2% de leur budget en plus en poisson, le volume total acheté a, lui, baissé de 5%, pointe l’étude, menée auprès de 5.000 ménages. Le Flamand est le plus gros mangeur de poisson du pays, avec en moyenne 2 kg achetés de plus qu’un Wallon et 0,3 kg de plus qu’un Bruxellois. Le poisson frais était 2% plus cher en 2018 par rapport à l’année précédente, bien que le volume moyen acheté par personne (1,5 kg) reste stable. Les supermarchés sont les plus grands distributeurs (41% de parts de marché) mais les poissonneries regagnent du terrain et passent de 9 à 11% de parts de marché. Deux tiers du poisson est consommé à la maison pour un cinquième dans l’horeca, où la tendance est à la hausse. Le cabillaud et le saumon se retrouvent généralement sur la table de la salle-à-manger, alors que les scampis et les moules sont plus souvent servis au restaurant.

A lire aussi en Economie

Pac : les États membres préparent l’avenir

Economie Parallèlement à l’exercice de dialogue stratégique sur l’avenir de l’agriculture européenne, les États membres planchent, eux aussi, sur les grandes orientations qu’ils voudraient voir mises en haut de l’agenda de la commission. Sans surprise : l’autonomie stratégique, le renouvellement générationnel ou encore le renforcement de la position des agriculteurs dans la chaîne d’approvisionnement alimentaire y figurent en bonne place.
Voir plus d'articles