«Crise brutale» pour les vins de Bordeaux

«Crise brutale» pour les vins de Bordeaux

«Bordeaux souffre en ce moment. Nos ventes ont fortement reculé, sous l’effet conjoncturel de la récolte 2017 (-40% en raison du gel, ndlr), mais aussi en raison d’effets structurels propres à notre filière et aux évolutions des modes de consommation», a admis le nouveau président du Conseil interprofessionnel des vins de Bordeaux (CIVB), Bernard Farges. «Nous avons connu de nombreuses crises à Bordeaux. Celle-ci est brutale et nous impose des changements radicaux et rapides», a estimé ce viticulteur, élu lors de cette assemblée après avoir déjà accompli un premier mandat à la présidence...

Cet article est réservé aux abonnés

Lire la suite de cet article ? Enregistrez-vous gratuitement et lisez 3 articles supplémentaires

Enregistrez-vous pour lire plus d'articles gratuitement
J'en profite
Je suis abonné et
je dispose déjà d'un compte
Je me connecte
Je suis abonné au journal
mais n'ai pas encore activé mon compte en ligne
Je m'inscris

Le direct

Le direct