Face au changement climatique, une étude pointe les limites du «tout-bio»

Il est peu probable qu’une seule approche permette d’atteindre des systèmes alimentaires durables, indique cette étude.
Il est peu probable qu’une seule approche permette d’atteindre des systèmes alimentaires durables, indique cette étude. - M. de N.

Dans une communication publiée, fin octobre, par la revue scientifique Nature, des chercheurs se sont penchés sur les effets d’une conversion intégrale de l’Angleterre et du Pays de Galles à l’agriculture biologique.

En utilisant un modèle mathématique, les scientifiques estiment que la perte de production agricole pourrait atteindre 40%, « en raison de rendements réduits et de la nécessité d’introduire des prairies temporaires dans les rotations ». Pour le seul blé tendre, la production estimée à...

Cet article est réservé aux abonnés

Lire la suite de cet article ? Enregistrez-vous gratuitement et lisez 3 articles supplémentaires

Enregistrez-vous pour lire plus d'articles gratuitement
J'en profite
Je suis abonné et
je dispose déjà d'un compte
Je me connecte
Je suis abonné au journal
mais n'ai pas encore activé mon compte en ligne
Je m'inscris

Le direct

Le direct