Co-opérons!

Co-opérons!

Quand tout va au plus mal, les agriculteurs se regroupent, main dans la main, ou plutôt pneus dans les pneus. Ils parlent d’une seule voix, klaxonnent ensemble, et constituent un bloc, une masse avec laquelle il faut compter. C’est beau ! Mais hélas, quand tout va un peu mieux, chacun retourne dans sa ferme fricasser tout seul sa popote. Les agriculteurs sont des individualistes forcenés ; ce n’est pas leur moindre défaut ! Ne serait-il pas davantage logique et...

Cet article est réservé aux abonnés

Lire la suite de cet article ? Enregistrez-vous gratuitement et lisez 3 articles supplémentaires

Enregistrez-vous pour lire plus d'articles gratuitement
J'en profite
Je suis abonné et
je dispose déjà d'un compte
Je me connecte
Je suis abonné au journal
mais n'ai pas encore activé mon compte en ligne
Je m'inscris

Le direct

Le direct