Accueil Ovins, caprins

Un Belge meilleur jeune berger européen à Paris

Le Namurois Victorien Mathieux de l’École provinciale d’agronomie et des sciences de Ciney a remporté le titre de Meilleur jeune berger européen, lors de la finale des Ovinpiades qui se tenait le 22 février au Salon international de l’agriculture. Face à 13 candidats de différents pays, Victorien a su s’imposer au fil des épreuves, tirées du quotidien des éleveurs de moutons.

Temps de lecture : 2 min

C’est sans prétention, dans un esprit de découverte que le plus jeune de la compétition s’est rendu à Paris. « Je ne savais pas trop à quoi m’attendre, j’y allais surtout en quête d’une nouvelle expérience à vivre. »

Ce n’est que sur place, qu’il a senti le stress le gagner. Si la journée était éprouvante, il s’est appliqué méthodiquement dans chacune des épreuves. « Je ne m’attendais pas à un tel résultat face à des concurrents plus expérimentés, mais j’ai joué crânement ma chance ! Et ça a payé », sourit-il. Une expérience enrichissante donc pour ce jeune Namurois qui estime que la Belgique n’a pas à rougir de son niveau en matière d’élevage ovin !

Du haut de ses 16 ans, le Namurois devance sur le podium l’Anglais de 23 ans, Samuel Heweet, et l’Irlandais de 20 ans, John Kavanagh. Une première pour la Belgique qui participait pour la 1ère fois à ces ovinpiades (3e fois pour la Wallonie) et qui faisait face à des nations réputées pour leur élevage ovin. Notons que Julien Roisin, le second participant wallon, termine 8e.

Jean Devillers, président de la filière interprofessionnelle ovine et caprine wallonne, s’est réjoui d’une telle performance sur les réseaux sociaux, félicitant au passage les participants, et tous les encadrants, au sens large : « Je propose que Victorien devienne ambassadeur du secteur Ovin belge dans les écoles d’agriculture et d’aider à trouver un petit financement. L’élevage à besoin de jeunes quel que soit le secteur ! Et l’élevage ovin est un excellent tremplin… » Une idée qui ne serait pas pour déplaire au principal intéressé!

A lire aussi en Ovins, caprins

En élevage caprin: l’insémination artificielle pour accroître sa production et son cheptel

Ovins, caprins Visite chez François et Manon Lallemant-Drouguet du côté de Blanchefontaine qui élèvent près de 750 chèvres alpines. Lactations longues pour les unes, lactations courtes et insémination artificielle pour les autres, le schéma de reproduction permet au couple de travailler en circuit fermé tout en augmentant la production et le cheptel tant en qualité qu’en quantité. Rencontre.
Voir plus d'articles