Accueil Porcs

PPA en province de Luxembourg: circulation en forêt autorisée, sous conditions

Un nouvel arrêté wallon entrera en vigueur le 15 mai. Il autorisera à nouveau la circulation des usagers de la forêt en zone infectée par la peste porcine africaine, sous certaines conditions.

Temps de lecture : 2 min

Après avoir permis une réouverture partielle de la zone infectée par la peste porcine africaine (PPA) durant le printemps et l’été 2019, le Gouvernement wallon avait à nouveau interdit, en concertation avec la Task Force PPA, la circulation aux promeneurs et aux cyclistes dans les forêts et milieux semi-naturels situés dans cette zone.

Dès le 15 mai, la circulation y sera à nouveau autorisée pour l’ensemble des usagers, uniquement de jour et avec interdiction de quitter les sentiers et chemins, y compris pour les cueillettes de champignons ou de fleurs. Le 24 mars dernier, la reprise des travaux forestiers et de l’exploitation forestière avait déjà été autorisée sous certaines conditions.

833 cas positifs

Du côté du dispositif de lutte contre l’épidémie, 5.132 sangliers ont été analysés. En date du 11 mai, 833 cas se sont avérés positifs. Aucun nouveau cas positif n’est à déplorer depuis le 4 mars dernier. Si la maladie n’est pas encore totalement éradiquée, elle est sous contrôle et ces signaux positifs indiquent une prochaine sortie de crise.

La lutte contre la PPA doit toutefois se poursuivre et une vigilance devra se maintenir. Il reste une présence limitée de sangliers et, pour éviter tout risque de contagion, les efforts pour éliminer la population de sangliers en zone infectée mais aussi en zones d’observation renforcée et de vigilance se poursuivront.

A lire aussi en Porcs

Bien-être des porcs: l’Efsa livre ses premières recommandations

Porcs L’Efsa publie son premier avis, sur les porcs, d’une série sur l’évaluation du bien-être des animaux d’élevage qui doit orienter les futures propositions de la Commission européenne pour renforcer la législation en place. Les experts de l’Efsa y suggèrent l’utilisation de logement en groupe pour les truies allaitantes, l’abandon de la castration chirurgicale sans anesthésie ou du sevrage précoce.
Voir plus d'articles