Le budget 2021 du bien-être animal augmente de 33% en Région bruxelloise

Le budget 2021 du bien-être animal augmente de 33% en Région bruxelloise

À l’occasion de la présentation de ce budget en commission, Bernard Clerfayt, a également brossé un tableau des projets structurants pour améliorer la protection des animaux en Région bruxelloise. Malgré la crise et une situation budgétaire compliquée, le budget consacré au bien-être animal a grimpé de 33 % passant, selon le ministre, de 1,5 million à 2 millions d’euros.

D’après M. Clerfayt, le service d’inspection vétérinaire sera renforcé avec le recrutement d’un collaborateur supplémentaire. Ce recrutement, appelé des vœux de nombreux députés, permettra d’augmenter les contrôles, notamment dans les animaleries et les élevages.

En ce qui concerne l’expérimentation animale, pour favoriser le développement et la diffusion des méthodes alternatives et compte tenu de l’objectif que s’est donné le gouvernement visant une diminution drastique du nombre d’animaux utilisés dans le cadre d’expériences scientifiques, le budget alloué à la recherche de méthodes alternatives sera augmenté de 250.000 euros en 2021 pour atteindre 360.000 euros. En 2019 déjà, on avait recensé une diminution de 25 % du nombre d’animaux de laboratoire utilisés, passé de 80.000 en 2018 à 60.000 animaux en 2019.

Enfin, 100.000 euros supplémentaires seront consacrés au soutien des refuges animaliers. Il s’agit d’un triplement du budget pour cette mesure censée garantir le bien-être des animaux dans ces structures d’accueil. Actuellement, les refuges agréés fonctionnent essentiellement grâce à des dons de particuliers. « Ces moyens sont aléatoires d’année en année. Ils permettent à peine à certains de sortir la tête de l’eau. Ils sont pourtant nos premiers partenaires dans la lutte pour la protection des animaux », a commenté Bernard Clerfayt.

Enfin, le ministre a également annoncé le lancement en 2021 d’un site internet dédié à la réalisation du futur Code bruxellois du bien-être animal. L’objectif est d’impliquer les Bruxellois dans l’élaboration du Code en les questionnant sur leur rapport au vivant et sur ce qui devrait être mis en place, selon eux.

(Belga)

Le direct

Le direct