Peste porcine africaine en Chine: nouvelles souches et vaccins illégaux suspectés

Contrairement à la forme sauvage, les deux nouvelles souches de PPA identifiées en Chine sont peu mortelles, mais provoquent d'importants troubles de la reproduction
Contrairement à la forme sauvage, les deux nouvelles souches de PPA identifiées en Chine sont peu mortelles, mais provoquent d'importants troubles de la reproduction - M. de N.

Selon la célèbre agence de presse britannique, de nouvelles souches de PPA ont infecté 1.000 truies dans plusieurs élevages appartenant à l’entreprise New Hope Liuhe (4e producteur du géant asiatique). Contrairement à la forme sauvage, ces souches sont peu mortelles, mais provoquent d’importants troubles de la reproduction. Les animaux infectés ont été abattus de manière à prévenir la propagation de l’épizootie.

D’après un responsable de New Hope Liuhe, les virus impliqués présentent deux gènes en moins que la souche sauvage (MGF360et CD2v). Des travaux ont montré que la suppression de ces deux gènes « crée l’immunité », d’après Reuters. « Mais le virus modifié n’a pas été développé en vaccin, parce qu’il tend à muter pour retrouver son état nuisible. »

« C’est trop gros pour une coïncidence, car vous ne pourriez jamais obtenir cette suppression exacte » par une mutation naturelle, estime Lucilla Steinaa, de l’Institut international de recherche sur les animaux d’élevage (ILRI), à Nairobi, au Kenya.

Aucun vaccin contre la peste porcine africaine n’est pour l’instant autorisé. Plusieurs travaux ont fait l’objet de publications scientifiques, qui ont pu servir de base à la fabrication de vaccins illégaux.