Accueil Economie

Les prix des produits alimentaires mondiaux au plus haut depuis septembre 2011

Les prix mondiaux des produits alimentaires ont progressé à un rythme soutenu en mai, au point d’atteindre leur niveau le plus haut depuis septembre 2011. Une flambée des prix des huiles végétales, du sucre et des céréales est à l’origine de cette hausse.

Temps de lecture : 3 min

Les prix mondiaux des produits alimentaires ont enregistré leur plus forte hausse mensuelle depuis plus d’une décennie (+4,8 % par rapport à avril 2021 et + 39,7 % en comparaison à mai 2020), bien que la production mondiale de céréales soit en voie d’atteindre un nouveau record, indique l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (Fao) dans son bulletin du 3 juin. Si les prix atteignent leur niveau le plus haut depuis septembre 2011, ils se situent toujours 7,6 % sous leur record historique de février 2011.

Denrée par denrée

Les prix des céréales ont gagné 6 % depuis avril, sous l’effet d’une hausse des prix internationaux du maïs, qui enregistrent une valeur moyenne supérieure de 89,9 % à celle de mai 2020. Toutefois, ceux-ci ont commencé à reculer à la fin du mois de mai, principalement en raison de l’amélioration des perspectives de production aux États-Unis. Les prix internationaux du blé ont, eux aussi, baissé en fin de mois, mais ont progressé en moyenne de 6,8 % par rapport à avril, tandis que les cours internationaux du riz sont restés stables.

Les prix des huiles végétales ont grimpé de 7,8 % en mai, principalement sous l’effet de la hausse des cours des huiles de palme, de soja et de colza. L’augmentation des prix de l’huile de palme s’explique par la faible croissance de la production dans les pays d’Asie du Sud-Est, tandis que la forte demande mondiale prévue, en particulier dans le secteur des agrocarburants, a tiré les prix de l’huile de soja vers le haut.

Une nouvelle fois, les prix du sucre progressent (+6,8 % par rapport à avril). Cela s’explique principalement par des retards de récolte et des craintes concernant une baisse des rendements au Brésil, le premier exportateur mondial de sucre, même si les exportations abondantes de l’Inde ont contribué à atténuer la flambée des prix.

Les prix de la viande ont progressé de 2,2 % par rapport à avril. Les cours de tous les types de viande ont augmenté en raison de l’accélération des achats à l’importation en Chine, ainsi que de la hausse de la demande interne de viande de volaille et de viande porcines dans les principales régions de production.

Enfin, les prix des produits laitiers ont enregistré une hausse mensuelle de 1,8 %, affichant une valeur moyenne supérieure de 28 % à celle de l’année dernière à la même période. Cette hausse est due à la vigueur de la demande à l’importation de lait écrémé en poudre et de lait entier en poudre. Les prix du beurre ont, quant à eux, reculé pour la première fois depuis près d’un an, sous l’effet de l’augmentation des disponibilités exportables en Nouvelle-Zélande.

A lire aussi en Economie

Fevia appelle à renforcer la chaîne alimentaire belge

Agrofourniture Un an après le lancement de la roadmap de développement durable de l’industrie alimentaire belge, la Fédération de l’industrie alimentaire belge (Fevia) fait le bilan d’une année difficile pour le secteur. Les crises à répétition ont épuisé les réserves de nombreuses entreprises alimentaires. Une nouvelle enquête menée auprès de ses membres montre que ceux-ci craignent aujourd’hui le prix de l’énergie toujours très élevé et l’indexation record des salaires qui arrivent.
Voir plus d'articles