La solitude du laboureur de fond

La solitude du laboureur de fond

Il est venu hier avec un chiffre : tous les deux jours, un agriculteur se suicide en France ! En Belgique, le sujet semble tabou, puisqu’aucune statistique n’est rendue publique. Pourtant, régulièrement, l’un ou l’autre fermier passe à l’acte, comme Jérémy l’an dernier, le populaire jeune homme candidat de « L’amour est dans le pré ». À entendre mon ami, la dépression nerveuse est très répandue dans le monde agricole, et pour étayer son affirmation, il m’a parlé d’Agricall. Une agence de ce type, destinée à un métier précis,...

Cet article est réservé aux abonnés

Lire la suite de cet article ? Enregistrez-vous gratuitement et lisez 3 articles supplémentaires

Enregistrez-vous pour lire plus d'articles gratuitement
J'en profite
Je suis abonné et
je dispose déjà d'un compte
Je me connecte
Je suis abonné au journal
mais n'ai pas encore activé mon compte en ligne
Je m'inscris

Le direct

Le direct