Accueil Conso

Le commerce équitable gagne du terrain

À l’occasion de la semaine du commerce équitable, du 5 au 15 octobre, Enabel, l’Agence belge de développement, vient de livrer les principaux résultats de son baromètre 2022 du commerce équitable.

Temps de lecture : 3 min

On y apprend notamment que les Belges sont surtout préoccupés par la baisse du pouvoir d’achat et le coût de la vie. En 2020, cette préoccupation n’arrivait qu’en quatrième place après la crise sanitaire, le bien-être personnel et la pollution relève Enabel. Dès lors, et ce n’est qu’une demi-surprise, on observe que le prix des produits équitables constitue à la fois le principal obstacle et un levier important pour augmenter la fréquence d’achat. Quatre personnes sur dix interrogées dans le cadre de ce baromètre pensent d’ailleurs que ces produits sont beaucoup plus chers et autant disent qu’ils en achèteraient davantage s’ils l’étaient moins.

Pourtant, l’Agence observe en parallèle que nos concitoyens n’ont jamais autant dépensé pour le commerce équitable qu’en 2021, avec une moyenne de 29,28 € par personne, soit une augmentation de près de 20 % par rapport à l’année précédente. En détail, 23,55 € sont allés aux produits du commerce équitable Sud-Nord (café, cacao, bananes, fleurs…) et 5,72 € aux produits du commerce équitable local belge. L’augmentation des ventes de produits équitables Sud-Nord est en partie liée à la volonté d’entreprises de proposer une plus grande offre aux consommateurs, sans toujours leur laisser le choix, épingle Enabel.

« Cette bonne santé du commerce équitable est un signe très positif dans un contexte où des crises successives mettent en lumière notre interdépendance, notre interconnexion avec les personnes qui produisent nos aliments et autres biens de première nécessité. Notre consommation doit être repensée, fondée sur un plus grand respect des producteurs et de l’environnement », ajoute encore l’Agence.

Contrastant avec une consommation en forte hausse, la notoriété du commerce équitable est, elle, en baisse. 71 % des Belges disent avoir déjà entendu parler du commerce équitable, contre 86 % en 2020.

Pour les Belges qui en ont entendu parler, le commerce équitable a une image positive : six sur dix restent convaincus que ce type de commerce est important pour les producteurs du Sud. En revanche, ils ne sont pas convaincus de contribuer personnellement beaucoup au respect des droits des producteurs et des travailleurs en achetant des produits équitables.

Un facteur joue peut-être un rôle dans la perte de notoriété du commerce équitable, même s’il n’explique pas à lui seul la forte baisse. Et Enabel d’avancer : « L’association de la consommation responsable au commerce équitable n’est toujours pas évidente (13 % des Belges en 2022 et 16 % en 2020). Pour nos concitoyens, la consommation responsable est plutôt liée à des notions d’écologie (gestion des déchets, respect des saisons…) et à une consommation locale, privilégiant les circuits courts ».

Les Belges accordent en effet une importance significativement plus élevée aux produits locaux. Or, les produits identifiés comme équitables qu’ils achètent sont essentiellement des produits en provenance de pays du Sud.

Les produits locaux équitables peuvent donc être un point d’entrée vers le commerce équitable en montrant la complémentarité des gammes de produits, quelle viennent du Sud ou de Belgique.

Cette évolution est assurément soutenue par les Belges : 68 % d’entre eux sont d’accord pour dire que les produits équitables ne doivent pas se limiter aux produits en provenance de pays du sud.

A lire aussi en Conso

Coprosain écrit avec ambition une nouvelle page de son histoire

Conso Fondée voici 35 ans, la coopérative Coprosain a connu d’importantes difficultés ces derniers mois, au point d’être placée, à sa demande, en procédure de redressement judiciaire. Aujourd’hui, un groupe de repreneurs souhaite relancer la machine en modernisant l’atelier de transformation et en développant le réseau de magasins.
Voir plus d'articles