Accueil Economie

Carolostore: le premier SUPERmarché de producteurs à Charleroi

25 producteurs et artisans de Charleroi Métropole se sont réunis en coopérative pour créer Carolostore, le premier SUPERmarché des SUPERproducteurs à Charleroi. Pour lancer ce projet novateur, la coopérative espère réunir 100.000 euros d’ici la fin de l’année à travers un appel public à l’épargne.

Temps de lecture : 2 min

À Charleroi, l’absence d’un grand magasin ouvert à tous et porté par des producteurs a inspiré cette initiative. Carolostore sera un supermarché dédié à la vente de produits en circuit court. La variété des articles proposés par les producteurs sera élargie grâce à l’ajout de produits bio et écoresponsables, offrant ainsi la possibilité de trouver tout ce dont on a besoin en un seul endroit : fruits et légumes, boucherie, boulangerie, produits d’entretien et hygiène…

Le lieu choisi est un vaste hangar de 600 m² situé au 284 avenue de Philippeville à Marcinelle. L’ouverture du supermarché est prévue pour fin janvier 2024, avec un premier espace dédié aux produits frais. Successivement, de nouveaux aménagements verront le jour tels qu’une boulangerie, une boucherie, des espaces thématiques de cuisines du monde, un espace traiteur…

Ce projet est porté par déjà 25 productrices et producteurs de Charleroi Métropole (le grand Charleroi, la Botte du Hainaut et alentours) et la Ceinture alimentaire de Charleroi Métropole. Trois personnes seront prochainement engagées.

Derrière le projet, il y a également des valeurs : la promotion du circuit court soit de l’ultra frais sain et local, la stimulation d’une agriculture durable à échelle humaine, la maîtrise de son alimentation et sa santé, la création d’emplois inclusifs, des prix justes pour les producteurs et une accessibilité maximale pour les consommateurs, le principe de l’euro solidaire…

« L’avantage pour les producteurs, c’est d’être dans le Conseil d’Administration. Cela nous permettra de faire les choix stratégiques qu’il faut pour la production et pour la commercialisation. Ce magasin, c’est un outil pour les producteurs qui ont tout intérêt à faire en sorte que les produits soient de qualité et que les gens aient envie de venir. Le circuit sera plus court que dans n’importe quel autre magasin, tout sera ultra frais car il n’y aura pas de centrale d’achats entre les producteurs et les étals du magasin », explique Thomas Geeraerts, de la Ferme de la Sève à Wangenies.

A lire aussi en Economie

Premier baromètre du moral des agriculteurs bio

Economie Marché en recul, chiffre d’affaires en baisse, prix de vente qui passent sous les prix conventionnels sont devenus courants en 2022 et 2023 dans les fermes bio. Le constat n’est pas favorable pour celles et ceux qui sont pourtant engagés dans des pratiques positives qui devraient être mieux valorisées : protection de la santé, de la biodiversité, des sols, de l’eau, du climat. L’Unab leur a donné la parole.
Voir plus d'articles