Libramont et le vilain petit canard

Libramont et le vilain petit canard

Or donc, il était une fois, dans le chemin des saveurs de Wallonie, un petit stand d’une agricultrice présentant les produits de son élevage. Née dans une ferme moyenne de l’Entre Sambre Meuse, tandis que le frangin assumait la continuité de l’exploitation familiale, elle se dit qu’elle pourrait s’en sortir en étant créative, en faisant quelque chose qui nécessite du savoir-faire et de la passion.

Elle commença un petit élevage avec 25 canards pour se faire la main. Petit à petit, l’élevage trouva son rythme, en restant à taille humaine : deux...

Cet article est réservé aux abonnés

Lire la suite de cet article ? Enregistrez-vous gratuitement et lisez 3 articles supplémentaires

Enregistrez-vous pour lire plus d'articles gratuitement
J'en profite
Je suis abonné et
je dispose déjà d'un compte
Je me connecte
Je suis abonné au journal
mais n'ai pas encore activé mon compte en ligne
Je m'inscris

Le direct

Le direct