La filière viticole française doit s’adapter aux nouveaux modes de consommation

La filière viticole française doit s’adapter aux nouveaux modes de consommation

La «fin de l’hyper-consommation», les «inquiétudes face à l’insécurité alimentaire» et la «volonté de consommer plus responsable» constituent autant d’évolutions en faveur d’une «croissance soutenue des vins bio», selon une étude du Comité national des interprofessions des vins à appellation d’origine et indication géographique (Cniv), basée sur les panels de consommateurs Kantar.

Le nombre d’acheteurs de vin tranquille (sans bulles) bio a été multiplié par trois depuis 2011. En 2018, les achats de vin bio s’élevaient à 4,9 bouteilles par an en...

Cet article est réservé aux abonnés

Lire la suite de cet article ? Enregistrez-vous gratuitement et lisez 3 articles supplémentaires

Enregistrez-vous pour lire plus d'articles gratuitement
J'en profite
Je suis abonné et
je dispose déjà d'un compte
Je me connecte
Je suis abonné au journal
mais n'ai pas encore activé mon compte en ligne
Je m'inscris

Le direct

Le direct