Le Kazakhstan lève son embargo sur le porc belge

Plusieurs actions ont été menées durant de long mois  pour convaincre le Kazakhstan de changer d’avis.
Plusieurs actions ont été menées durant de long mois pour convaincre le Kazakhstan de changer d’avis. - J.V.

Suite à la détection, en septembre 2018, d’un foyer de peste porcine africaine (PPA) dans la population de sangliers du sud de la province de Luxembourg, 28 pays extra-européens avaient suspendu leurs importations de porcs belges. « Des mesures prises alors que notre filière porcine demeure totalement saine », déplore le ministre fédéral de l’Agriculture, Denis Ducarme.

Ces derniers mois, plusieurs actions ont été menées en vue de convaincre ces pays tiers de lever les embargos sur les produits belges issus du secteur porcin. Le Service des relations internationales de l’Agence pour la sécurité de la chaîne alimentaire a notamment insisté auprès desdits pays sur le fait que les élevages porcins belges sont parfaitement sains. « En date du 13 janvier 2020, les échantillons issus de troupeaux de porcs domestiques analysés pour le contrôle du virus étaient en effet tous toujours négatifs », confirme le ministre.

Des messages ont aussi été envoyés par nos canaux diplomatiques afin de rassurer les pays tiers concernant les mesures de biosécurité renforcée mises en place par la Belgique afin d’essayer de relancer au plus vite nos exportations. L’accent a encore été mis sur le fait que plus aucun sanglier contaminé n’a été détecté depuis le mois d’août dernier.

En vertu du principe

de zonage

Suite à ces démarches, le Kazakhstan a annoncé avoir levé son embargo sur la viande de porc belge en appliquant le principe de zonage. Pour rappel, ce principe, reconnu par l’Organisation internationale de santé animale, nous permet de maintenir nos exportations des porcs issues de zones non contaminées par le virus de la PPA.

Le Kazakhstan devient ainsi le huitième pays à reconnaître ce principe après, notamment, le Vietnam et Singapour. « Cette décision démontre que les actions de sensibilisation menées depuis plus d’un an portent leurs fruits. »

Le direct

Le direct