Bientôt une nouvelle législation européenne pour faciliter la lutte contre la peste porcine africaine

Bientôt une nouvelle législation européenne pour faciliter la lutte contre la peste porcine africaine

La commissaire européenne à la Santé, Stella Kyriakides, a indiqué le 16 novembre, lors de la vidéoconférence des ministres de l’Agriculture de l’UE, que ses services mettaient « actuellement à jour la législation relative à la peste porcine africaine (PPA) et les mesures de contrôle correspondantes ». Des changements qui « tiendront compte des dernières preuves scientifiques et de l’expérience acquise. Ce qui permettra de trouver la meilleure solution possible pour l’industrie européenne du porc et de la viande porcine », a-t-elle précisé.

Les ministres de la République tchèque et de la Pologne avaient mis ce point à l’ordre du jour pour demander notamment à la Commission de réduire la charge administrative liée aux mesures et au système de cofinancement. Des demandes soutenues par un grand nombre de ministres de l’Agriculture. Dans une note d’information, les deux pays estiment « improbable » que la PPA soit éradiquée dans l’UE dans un avenir proche. Ils veulent donc que la priorité soit donnée à la protection des élevages porcins par une biosécurité efficace. Et avec de telles règles, les contrôles sur le commerce de la viande et des produits porcins devraient être assouplis même si la maladie reste dans la population de sangliers. La Pologne et la Tchéquie veulent une réduction de la charge administrative liée aux contrôles mais surtout aux demandes de cofinancement et de remboursement des mesures mises en place.

Simplification à l’étude

Réponse de Bruxelles : la Commission fournit aux États membres « tout le soutien financier possible » pour les mesures de lutte contre la PPA par le biais de programmes vétérinaires et de financements d’urgence ; ces mesures sont fréquemment adaptées afin de garantir qu’elles répondent aux besoins des pays ; et des avances sont disponibles afin de garantir que le soutien est accordé avant que les mesures ne soient prises dans le respect « bien entendu, de règles claires et strictes ». Mais Stella Kyriakides a indiqué que les négociations actuelles sur le nouveau « Programme du marché unique pour la chaîne alimentaire » qui doivent encore être finalisées ont pour principale priorité de « simplifier et de rationaliser dans la mesure du possible les procédures administratives relatives au soutien financier ».

À l’issue du Conseil agricole, le commissaire européen à l’Agriculture, Janusz Wojciechowski, a également annoncé qu’une « analyse approfondie » des conséquences de la PPA et des instruments qui pourraient être utilisés à l’avenir pour limiter sa propagation serait prochainement présentée. Il a évoqué « une meilleure sécurisation et protection des élevages de porcs », précisant que selon lui il y a « besoin d’un moyen durable de produire de la viande porcine, d’aider les petites exploitations qui pourraient contribuer à la durabilité et de se concentrer sur le bien-être des animaux ».

Le direct

Le direct