Accueil Autres animaux

Autres animaux

Autres animaux

Les pisciculteurs wallons craignent pour leur avenir

Autres animaux La Wallonie ne recense à l’heure actuelle que 40 pisciculteurs professionnels. Trop peu nombreux pour satisfaire la consommation intérieure, ceux-ci s’inquiètent pour l’avenir de leur filière qui peine à attirer les jeunes, malgré l’attrait croissant des consommateurs pour un poisson élevé et transformé localement.
L'info en continu Voir toute l’actualité en continu >

Abonnez-vous

Recevez chaque semaine votre journal Le Sillon Belge, accès 24h/24 à l'édition numérique et des avantages exclusifs.

Je m'abonne

Les lapins, la passion d’une vie

C’est le témoin de plus d’un demi-siècle d’élevage de lapins que nous avons récemment rencontré dans sa maison natale à Xhendelesse (Herve). Gustave Chapelier, aujourd’hui encore juge cunicole dans les expositions de petit élevage, nous conte l’histoire et l’évolution de cette passion.

Une alimentation équilibrée pour un pelage de qualité

Le pelage du lapin est sensible à son environnement, particulièrement à la température et à la lumière dont le rôle est prépondérant sur les mues saisonnières. Si l’éleveur n’a pas de prises sur ces facteurs, il peut cependant influer sur l’état et la qualité du pelage en maintenant des conditions d’élevage adéquates et surtout en veillant à fournir une alimentation équilibrée et de qualité aux lapins.

Le poil de lapin sous toutes les coutures

La fourrure du lapin est constituée de poils recouvrant presque tout le corps. Mais quelles sont les particularités de ces poils, leur origine, leur cycle de vie ? C’est ce que nous développons dans ce premier article avant de voir prochainement comment la chaleur, le froid, les conditions d’élevage et l’alimentation influencent l’état du pelage.

Les abeilles bruxelloises sur les traces des sources polluantes de l’air

Un projet pilote canadien mené à Vancouver sur le miel d’abeille inspire Bruxelles, Paris et Grenoble. L’expérience permet de détecter les sources de pollution de l’air grâce à l’analyse chimique et isotopique du miel. La bruxelloise Dominique Weis, ancienne chercheuse du FNRS à l’ULB et actuelle directrice du Pacific Centre for Isotopic and Geochemical Research de Vancouver, a démontré que le miel contient des traces (en très petites et inoffensives quantités) de chaque source polluante à proximité de la ruche.

«Le foie gras belge, gage de qualité et d’artisanat»

Tantôt encensé par les amateurs, tantôt décrié par les associations de défense du bien-être animal, le foie gras est loin de faire l’unanimité. Si ces dernières dénoncent fréquemment la douleur et le stress provoqués par le gavage, aucune preuve scientifique ne vient étayer leurs dires rappelle la Socopro à la veille des fêtes de fin d’années.

Le choix des lecteurs