Découverte d’indicateurs de résilience héritables en poules pondeuses

Volailles

Dans un contexte de changement climatique et de diversification des modes d’élevage, les animaux seront davantage exposés à des perturbations de leur environnement. Afin d’identifier des indicateurs de la résilience des animaux à de telles perturbations, les données de ponte de plus de 60.000 poules pondeuses ont analysé. Trois indicateurs de résilience facilement mesurables et en partie déterminés par des facteurs génétiques en ont été déduits.

Le coup d’envoi des travaux a été donné début avril.

Un nouveau bâtiment pour Göweil BNL

Echo des entreprises

Göweil BNL s’agrandit et s’installe sur un nouveau site, dans le zoning industriel de Saint-Vith.

La recette de la semaine: un menu pour la fête des mères

A table

Cette semaine, Maman est à l’honneur, avec un menu qui lui est spécialement dédié.

L’herbe pâturée est l’aliment le plus adapté pour la vache et est en lien  avec des bénéfices importants au niveau du bien-être animal, de la qualité  des aliments produits et de la fourniture de nombreux services écosystémiques.

Une première calibration pour adapter l’herbomètre aux conditions wallonnes

Bovins

Pour permettre d’estimer avec plus de précision les stocks d’herbe disponibles et ainsi mieux prévoir le pâturage du cheptel, un outil fait parler de lui dans plusieurs pays : l’herbomètre à plateau. Cependant, les équations de calibration couplées à cet outil sont réalisées dans des situations pédoclimatiques parfois bien distantes de la Wallonie. Développer une équation adaptée à nos conditions était donc nécessaire. C’est désormais chose faite !

À ce jour, un tiers des producteurs suivis par le GFW s’est engagé à utiliser le ravier «Fraises de Wallonie».

«Fraises de Wallonie»: un label commun et un ravier identifiable par et pour les producteurs de fraises wallons

Cultures

Mercredi, à la Ferme des Grands Prés, à Liberchies, le Groupement des Fraisiéristes Wallons (GFW asbl) et l’Interprofession Fruits et Légumes de Wallonie (IFEL-W) ont ouvert la saison des fraises de pleine terre et lancé officiellement le ravier « Fraises de Wallonie », représentatif du label sous lequel ces fruits sont commercialisés.

Dites-le avec des fleurs

Marc Assin

Voix de la terre

Fin avril, début mai, la nature au verger adopte le style hippie et couvre de fleurs ses arbres fruitiers, les uns après les autres. Ce « flower power » devrait inspirer ceux qui sèment les fleurs du mal, aux confins de l’Europe… Chez nous, la paix règne encore -pourvu que ça dure !- et le printemps pose avec détermination les premiers jalons des récoltes futures.

Le bien-être animal, au centre des préoccupations des éleveurs et chercheurs wallons

Bovins

Du 27 au 29 avril s’est tenu à Namur le Dair’Innov Congress : un congrès international accueillant une centaine de scientifiques de haut vol venus des quatre coins du monde.

Les fermes du réseau Radis ouvrent leurs portes

Cultures

Le Réseau Radis (Réseau alimentaire Dinant solidaire) a pour objectif de soutenir et développer la transition de la région dinantaise vers une alimentation bio et locale, en favorisant l’implication de toutes et tous.

Renforcer la résilience alimentaire de notre territoire par la formation en maraîchage au Crabe, à Jodoigne

Enseignement 2022

Les multiples crises, sanitaire, environnementale, économique mais aussi sociale accentuent plusieurs phénomènes déjà à l’œuvre, en toile de fond. Un enjeu de taille est sans aucun doute la résilience alimentaire de nos territoires, et la relocalisation de notre alimentation.

Pour éviter des erreurs d'identification, alternons les espèces semées dans une même terrine.

Au potager: pourquoi cela ne lève pas?

Potager

Tous les jardiniers ont déjà eu ces déconvenues : notre semis qui représentait tant d’espoirs de belle production ne produit rien. Ou presque rien.

De gauche à droite: François Godefroid (éleveur), Pierre Mailleux (Sobemax), Bernard Gotta (maître chevilleur), Vincent Rabeux (Dumoulin), et Cédric Bilocq (éleveur).

C’est élevé «Pré de chez nous», le label qui alliedurabilité et bien-être animal

Bovins

C’est une histoire bien belge, une première dans notre assiette qui devrait susciter l’engouement ! « Pré de chez nous » – un label destiné à une viande bovine, locale, qui allie qualité, bien-être animal et durabilité – est une collaboration entre trois acteurs clés : Bernard Gotta, maître chevilleur, Sobemax, sélectionneur d’animaux, et Dumoulin, producteur d’aliments. Si la réflexion du projet a pris quelques années, une fois lancé, le label semble déjà faire l’unanimité auprès des bouchers.

Le Sima, dont la dernière édition s’est tenue en février 2019,  fera un retour remarqué – et attendu – pour son centenaire.

Sima: l’édition du centenaire se prépare

Equipements

À moins de 200 jours de l’ouverture du salon, les agriculteurs européens sont appelés à participer au Sima Farming Awards. L’objectif : mettre en lumière et récompenser leurs initiatives novatrices.

Des fleurs et des siliques!

Cultures

La météo actuelle avec un large ensoleillement et des températures de saison, reste favorable à la floraison du colza d’hiver. Les siliques sont en cours de formation.

Désherbage pomme de terre et dérives: quelques recommandations d’usage

pommes de terre

Chaque année sont reportés des cas de problèmes de dérive de désherbant pomme de terre dans des cultures non-cibles, notamment en cultures « verticales » telles que les arbres fruitiers, et en culture de betteraves ou de légumes.

Froment et escourgeon: le point sur la pression en maladies

Céréales

Les barbes pointent leur nez en escourgeon et le froment s’allonge. Selon leur développement, la variété et la pression, des traitements sont dès à présent à envisager.

Triticale: les recommandations pour la protection contre les maladies

Céréales

L’ensemble des variétés a atteint le stade 2ème nœud (BBCH 32) dans les parcelles d’observation situées en Hesbaye. Les variétés les plus précoces sont au stade dernière feuille pointante (BBCH 37). Les parcelles d’observations situées en Ardenne sont au stade 1er nœud (BBCH 31).

Le Mergento travaille sur une largeur de 9,20 m si l’on opte pour un aindain central.

Pöttinger dévoile son premier andaineur à tapis

Echo des entreprises

L’Autrichien étend sa gamme de matériel de fenaison en y intégrant son premier andaineur à tapis, disponible à partir du 1er  août prochain.

OGM «nouvelle génération»: la Commission lance une consultation publique

Législation

Toute personne ou organisation souhaitant contribuer au débat sur la manière de réguler au niveau européen les végétaux issus de nouvelles techniques génomiques peut désormais faire connaître son avis : la Commission européenne a ouvert vendredi dernier une consultation publique sur le sujet, qui durera jusqu’au 22 octobre. Elle entend proposer une législation spécifique sur les végétaux obtenus par mutagenèse ciblée et par cisgenèse, de « nouvelles techniques génomiques » permettant de modifier le bagage génétique d’organismes, dont des végétaux utilisés pour l’alimentation humaine ou animale.

Des millions de tonnes de céréales bloquées en Ukraine

Economie

Des millions de tonnes de vivres ne peuvent actuellement pas être utilisées en Ukraine. « Près de 4,5 millions de tonnes de céréales sont aujourd’hui bloquées dans les ports ukrainiens et sur les navires », explique le directeur du Programme alimentaire mondial des Nations unies en Allemagne, Martin Frick. Les ports et les voies maritimes sont fermés en raison de la guerre.

Selon le constructeur, l’électrification permettrait de gagner en rapidité sans impact sur la précision du semis.

ValoTerra, le monograine électrique selon Monosem

Echo des entreprises

Le constructeur français révolution sa gamme de semoirs de précision en dévoilant un modèle doté d’une alimentation 100 % électrique. De quoi accroître la qualité et la vitesse de travail, annonce-t-il.

Perte en terre.

Des étudiants au service des agriculteurs… et de l’environnement

Enseignement 2022

L’érosion hydrique des sols est un phénomène omniprésent dans les parcelles cultivées, qui cause, en plus d’une perte de capital de production, des problématiques environnementales dans les eaux de surface telles que l’eutrophisation ou encore le colmatage du substrat, lieu de vie de nombreux organismes aquatiques. Il faut ajouter à cela les dégâts infligés aux habitations et aux infrastructures publiques liés aux coulées boueuses. On doit également penser aux coûts importants

liés au curage et au dragage des cours d’eau.