Prendre demain à deux mains?

Marc Assin

Voix de la terre

Ah, hier encore, ces virus ! Et aujourd’hui, ces vils Russes ! Les gros pavés lancés en Ukraine n’en finissent pas de faire des ronds dans la mare aux peinards Occidentaux, soudainement réveillés par une guerre sortie de nulle part, cauchemar revu et corrigé à la Poutine, sorti tout droit d’un passé révolu depuis 80 ans. Les réfugiés affluent dans nos pays, désorientés, hébétés, ahuris de découvrir chez nous un mode de vie moins « cool & relax » qu’il n’y paraît vu de chez eux, une Belgique où la bureaucratie n’a guère à envier à celle de l’ancien Bloc de l’Est. Ceux qui ne connaissent ni l’anglais, ni une des trois langues belges, apprennent très tôt leur premier mot : « demain ». Revenez demain ; vous aurez un logement demain ; vos papiers seront prêts demain ; etc. Ils comprennent vite que « demain » veut dire chez nous « un de ces jours », « dans un avenir plus ou moins proche » ou même « jamais », et qu’il leur faudra s’armer d’une patience d’ange pour ne pas désespérer. Les agriculteurs connaissent ce syndrome belgo-belge, ce « demain » sur lequel nous avons buté, butons et buterons tout au long de notre carrière, à la ferme et dans les champs, dans les bureaux des administrations. Demain ne meurt jamais, dirait James Bond. Nous, oui…

C’est une des règles d’or en élevage ovin : constituer des lots d’animaux avec des besoins alimentaires équivalents afin d’adapter la ration au mieux  et ne pas gaspiller d’aliment.

Garder le cap malgré le prix des aliments en élevage ovin viande

Ovins, caprins

En ovins viande, ce printemps 2022 est aussi marqué par des éléments positifs : des cours d’agneaux qui se maintiennent à un niveau élevé, une bonne prolificité des brebis qui ont mis bas en fin d’hiver. Il convient donc de garder le cap malgré la forte augmentation du prix des aliments. Parmi les leviers possibles pour acheter moins d’aliment, alloter les animaux avec les mêmes besoins alimentaires reste la principale source d’économie.

Pour 2021, la BFA enregistre une réduction de l’utilisation  des aliments médicamenteux antibiotiques de 74 % par rapport à 2011.

Une réduction de 74% des aliments médicamenteux antibiotiques

Elevage

La préoccupation sociétale concernant l’utilisation d’antibiotiques dans la production animale reste une question importante, également pour la Belgian Feed Association (BFA). Ces dernières années, la BFA s’est fortement engagée à réduire l’utilisation d’antibiotiques dans les aliments médicamenteux. En 2021, une réduction de 74 % a été réalisée par rapport à 2011. L’objectif d’une réduction de 75 % d’ici 2024 est ainsi à portée de main.

Rouille jaune sur variété sensible  de triticale.

Triticale: feu vert pour un régulateur

Céréales

Avec le temps poussant des derniers jours, les triticales observés dans le réseau d’observation se développent bien et atteignent le stade 1er nœud (BBCH 31) dans les situations les plus avancées. C’est le bon moment pour réaliser le traitement régulateur de croissance surtout dans les situations à risque. Ce traitement contre la verse se justifie dans les situations où la variété est connue pour sa sensibilité à la verse, les reliquats azotés sont importants et/ou le peuplement est dense. La pleine croissance des cultures et les prévisions météo des prochains jours sont idéales pour faire ce traitement.

Le développement de la culture a été stimulé par les conditions météorologiques de ces derniers jours.

Colza d’hiver: du soleil, des fleurs et des abeilles!

Céréales

Les conditions météos actuelles sont favorables à la floraison du colza d’hiver. Les températures supérieures aux normales saisonnières et l’ensoleillement généreux ont stimulé le développement de

la culture.

Épeautre: l’application d’un régulateur recommandée dans les situations à risques

Céréales

Les épeautres poursuivent leur redressement. La majorité a atteint le stade BBCH 30 « épi 1cm ». À ce stade et à la faveur des conditions de croissance très favorables, l’application d’un régulateur est recommandée pour toutes les situations présentant un risque de verse (fertilisation supérieure à 120 unités, forte densité, terre riche et lourde).

Royal A-ware rachète Olympia

Echo des entreprises

Les entreprises familiales laitières belge Olympia et néerlandaise Royal A-ware ont annoncé, ce 19 avril, avoir conclu un accord permettant la reprise de la première par la seconde.

« Pas de pommes de terre pour les actionnaires », « Qui prend la terre récolte la colère »...  Les slogans déployés étaient sans équivoque !

Des agriculteurs s’opposent à «l’accaparement des terres par la grande distribution»

Economie

Le 15 avril, le Réseau de soutien à l’agriculture paysanne (Résap) a organisé une manifestation contre l’achat de terres agricoles par Colruyt, au siège même de la société, à Hal. L’action entendait dénoncer ce que les participants dénoncent comme « une attaque contre l’autonomie des agriculteurs ».

La Pro-Belt a été conçue pour un usage intensif, avance la marque.

New Holland élargit son offre de presses à balles rondes

Echo des entreprises

La nouvelle série de presses à balles rondes Pro-Belt intègre le catalogue New Holland en complément de la gamme Roll-Belt. Elle se veut polyvalente et productive dans toutes les conditions de récolte.

Les prairies et l’élevage bovin dominent le paysage agricole wallon.

L’agriculture wallonne en quelques chiffres

Economie

La Région wallonne vient de mettre à jour ses chiffres clés de l’agriculture pour l’année 2020. L’occasion d’en savoir plus sur ce pan important de notre économie.

Les insecticides étant appliqués une fois le seuil de traitement atteint, les pucerons ont eu l’occasion de propager le virus.  La présence de jaunisse est donc inévitable.

Betteraves sucrières: observer, la clé contre les pucerons… et la jaunisse

J.V.

Betteraves

Depuis plusieurs saisons, la disparition des néonicotinoïdes complique quelque peu la lutte contre les pucerons vecteurs de la jaunisse virale. En la matière, il existe néanmoins des alternatives que sont Teppeki, Movento et Closer. Leur efficacité repose sur une observation régulière et attentive des parcelles betteravières en vue d’intervenir dès le seuil de traitement atteint.

Près de 50% des fermes wallonnes pourraient déjà adhérer à une stratégie de tarissement sélectif

Bovins

Dans le cadre d’un webinaire sur la thématique des antibiotiques organisé par l’Amcra et l’Afsca, Léonard Théron portait sa casquette de vétérinaire pour le compte de l’Union professionnelle vétérinaire. Son objectif du jour : présenter la complexité du tarissement sélectif. « Comme toute stratégie en ferme, cela se réfléchit, se prépare… avant de se lancer avec des filets de sécurité. »

Antibiorésistance : des niveaux toujours élevés chez les salmonelles et Campylobacter

Elevage

Les bactéries Salmonella et Campylobacter continuent d’afficher des niveaux élevés de résistance aux antibiotiques, que ce soit chez l’homme ou les animaux d’élevage, indiquent le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (Ecdc) et l’Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa) dans leur rapport annuel sur la question.

Le topinambour, des atouts au potager

Potager

Le topinambour présente des atouts dans un potager. Il est costaud, il s’adapte à des situations difficiles. Il produit des tiges de plus de 2 m de haut portant des fleurs assez proches mais un peu plus petites de celles du tournesol. Il fleurit en juillet et août. Le regain d’intérêt pour les légumes anciens lui redonne de l’importance.

Développement rural : efficacité du programme Leader face aux enjeux économiques

Economie

Le programme européen Leader a montré une plus grande efficacité à mettre en place des projets visant au développement économique des territoires que ceux visant le développement social.

PAC : la commission tente de rehausser l’ambition environnementale

Economie

Dans les lettres d’observations qu’elle a envoyées aux États membres sur leurs plans stratégiques de la PAC, la commission se montre particulièrement vigilante – et souvent critique – sur l’ambition environnementale.

Les consommateurs sont invités à jeter leur dévolu sur des asperges locales,  identifiables en un coup d’œil grâce au logo « Asperges de Wallonie ».

Ensemble, pour promouvoir l’asperge wallonne

J.V.

Maraîchage

Une quinzaine de producteurs wallons se sont regroupés autour du label « Asperges de Wallonie » en vue de faire connaître leur production 100 % locale auprès des consommateurs. Par la même occasion, ils s’engagent à respecter un cahier des charges commun mettant l’accent sur la qualité et le prix juste.

La réparation des dégâts dans la prairie suite au passage  de la machine apparaît clairement sur cette photo.

La prairie, une culture à part entière qui s’entretient et se régénère

Equipements

L’altération des prairies résulte généralement de plusieurs facteurs. Aux conditions climatiques et autres dégâts de gibier, fréquemment épinglés par les agriculteurs, s’ajoute l’évolution des techniques de récolte des fourrages. Les opérations de régénération et d’entretien apparaissent donc comme étant essentielles pour maintenir, voire accroître, la productivité et la qualité des parcelles herbagées. Et ce, d’autant que bien menées, elles ont une influence directe et positive sur le bilan financier d’une exploitation.

La recette de la semaine: au menu de Pâques

A table

Pour Pâques, décorez la maison et la table de fleurs de printemps, des ballons à gonfler transformés en gigantesques œufs de Pâques feront tout leur effet. Le vert et le jaune sont les couleurs de Pâques par excellence. En milieu de table, déposez un panier en osier garni de paille, de plumes et d’œufs colorés ainsi qu’un joli bouquet de jonquilles.

Carlo Petrini (à gauche) et Olivier de Schutter (au centre) on tous les deux plaidé  pour une réorientation de nos systèmes alimentaires vers l'agroécologie.

Slow Food et IPES-Food : «Les systèmes alimentaires durables sont le seul rempart à l’insécurité»

Economie

Alors que l’on peine à sortir d’une douloureuse pandémie qui avait déjà questionné l’accès à l’alimentation, le conflit russo-ukrainien nous replonge brutalement dans l’incertitude en provoquant une onde de choc sur les marchés agricoles, perturbe le commerce international et fait planer le risque de l’insécurité alimentaire. Et pourtant, des éléments de réponse se dessinent…

Voici venu le temps des «azotosceptiques»

Voix de la terre

Il est clair que produire moins chez nous pour mieux déforester ailleurs est une aberration. L’heure est venue de réhabiliter l’azote pour ce qu’il est vraiment : un élément essentiel à la vie. Sans azote, pas d’ADN, pas de protéines, pas de croissance.