Accueil pommes de terre

pommes de terre

pommes de terre

Pommes de terre

pommes de terre Dans son avis du 15 juin, le Carah note la présence de pucerons dans les parcelles, mais leurs ennemis naturels veillent au grain! Des auxiliaires à respecter absolument!
L'info en continu Voir toute l’actualité en continu >
Abonnez-vous

Recevez chaque semaine votre journal Le Sillon Belge, accès 24h/24 à l'édition numérique et des avantages exclusifs.

Je m'abonne

Les pommes de terre locales, pas seulement un produit mais un patrimoine de chez nous!

Bien choisir ses pommes de terre, locales, pour bien les préparer. C’est le message mis à l’honneur en télévision par l’Apaq-W depuis le 15 avril. Afin de soutenir les 4.600 entreprises de notre Région, elle veut aussi encourager l’achat de ce produit emblématique que sont les frites. Concrètement, elle a lancé ce jeudi un concours sur les frites sur les réseaux sociaux, complémentaire à la prolongation du spot télévisé jusqu’au 15 mai. Un second concours sur les pommes de terre fraîches sera lancé le 13 mai. Tentez votre chance !

NEPG: une réduction probable des enblavements de 5% malheureusement insuffisante

La demande en produits transformés issus de la pomme de terre dans les services de restauration a chuté de 50 à 60 % et les marchés d’exportation ont perdu leur potentiel, si bien que l’industrie européenne et mondiale de la transformation de la pomme de terre a réduit sa capacité et ses besoins en matière première. Plus de 2 millions de tonnes ne seront probablement pas transformées dans les seuls pays du NEPG (groupe des producteurs de pommes de terre du Nord-ouest européen).

Le choix des lecteurs

Stocks agricoles et dons aux associations caritatives: une cellule pour faire le lien entre agriculteurs et associations

Depuis toujours sensibilisée par les pertes agricoles et le gaspillage alimentaire, l’Union des Agricultrices Wallonnes avait fait de cette problématique non seulement son fil rouge mais aussi l’objet de son congrès en 2015. De ses réflexions, il est ressorti qu’au-delà de leur fonction nourricière, ce sont les agriculteurs et agricultrices qui peuvent être à la fois des acteurs et le moteur de la lutte contre ce problème tout à la fois éthique, économique, social et environnemental. Le don de produits aux associations caritatives ainsi qu’aux banques alimentaires peut faire partie de la solution et s’organiser au départ de nos exploitations agricoles.