Maraîchage: les repères culturaux chamboulés sont à surveiller

Maraîchage

Après un mois de mars chaud et les deux mois d’avril et mai plus froids que la moyenne des années antérieures, nos repères pour suivre et surveiller les cultures sont chamboulées.

Le 180 est le premier tracteur construit par Steyr en 1947.  Il s’écoulera à 25.000 exemplaires.

Aux origines de Steyr, à travers cinq modèles emblématiques

Equipements

Après une première tentative dans les années 30, c’est au sortir de la Seconde Guerre mondiale que Steyr se lance véritablement dans la production de tracteurs agricoles. Le constructeur fait rapidement de la robustesse et de la fiabilité de ses modèles sa carte de visite. En témoignent les exemplaires détenus par Jacques Latour, un collectionneur passionné par les marques germaniques, parmi d’autres.

La Wallonie affichait un taux d’auto-approvisionnement en fruits et légumes de 17% en 2020. L’objectif est d’atteindre 30% à l’horizon 2028-2030.

L’horticulture comestible wallonne: une filière à très forte valeur ajoutée bientôt boostée par son propre plan stratégique

Maraîchage

L’horticulture comestible wallonne fait actuellement face à de nombreux défis. Amélioration de la logistique et de la commercialisation, professionnalisation des « nouveaux » maraîchers, concurrence… n’en sont que quelques-uns. Heureusement, un plan stratégique spécialement dédié à la filière a vu le jour et doit permettre d’apporter des réponses aux problèmes rencontrés. Il a également pour objectif de booster notre taux d’auto-approvisionnement en fruits et légumes frais.

Joris Vanmeirhaeghe (à gauche) est le nouveau président général de <a href=mailto:Seed@bel>Seed@bel</a>.  Marc Ballekens endosse quant à lui le rôle de manager.

Du changement à la tête de Seed@bel

Cultures

Durant son assemblée générale, début juin, l’association professionnelle belge des semenciers Seed@bel a élu Joris Vanmeirhaeghe (Jorion Philip-Seeds) en tant que président général.

Les produits issus de cette nouvelle filière sont d’ores et déjà disponibles en magasin et sont identifiables par le logo vert « Le cochon bien-être ».

«Le cochon bien-être»: un label pour une viande locale, produite dans le respect du bien-être animal

J.V.

Porcs

Connue de bien des amateurs de salaisons, la société Marcassou s’est longtemps battue pour que le jambon et le saucisson d’Ardenne puissent bénéficier de l’appellation « Indication géographique protégée ». Aujourd’hui, l’entreprise souhaite garantir aux consommateurs que ses produits sont fabriqués à partir d’une viande locale issue de porcs élevés dans le strict respect du bien-être animal. Ces deux engagements se traduisent par la création du label « Le cochon bien-être ».

Le Jardin des Sens à Bornival: parce que les fleurs peuvent avoir un rôle et du goût !

D.Jaunard

Maraîchage

Bruxelloise pure souche, c’est à Bornival, village nivellois, que Marguerite de Crayencour a posé bêche, brouette et râteau. Elle y cultive non pas des légumes, mais bien des fleurs et pas simplement pour faire joli. Ses fleurs on les admire, on les hume, on les savoure et elles nous font du bien.

La recette de la semaine: des desserts au miel

A table

A l’échelle nationale, les hypermarchés et supermarchés classiques constituent le plus gros canal de distribution des produits alimentaires bio (38 % des parts de marché),  juste devant les magasins spécialisés (24 % des parts de marché).

Produits alimentaires bio: les Wallons ont déboursé 14€ de plus en 2020

Conso

En raison de la crise sanitaire, les habitudes des Belges ont connu quelques changements l’année dernière. Suite à la fermeture des restaurants, la cuisine à domicile a regagné en importance. Cela se traduit par une importante progression des dépenses alimentaires totales. Une tendance qui s’observe également sur le marché des produits bio.

Les agriculteurs sont les gardiens de la santé de la terre et de ses habitants

Voix de la terre

Cependant, les défis qui pèsent sur les modèles et pratiques agricoles sont nombreux. Nul n’ignore l’impact du changement climatique sur le rendement des cultures, l’appauvrissement des sols lié à certaines pratiques agricoles industrielles, la réduction dramatique de la biodiversité et les risques qu’elle fait peser sur la richesse des écosystèmes, la défiance du grand public vis-à-vis de méthodes agriculturales mal comprises…

Ingénieur.e.s Colum-bio

Marc Assin

Voix de la terre

La semaine dédiée à l’agriculture bio n’a pas manqué de sel, durant ce mois de juin ! Elle est tombée pile poil pendant une période clef du déconfinement, en pleine décrue de la pandémie de Covid-19. Le soleil l’a illuminée de ses rayons ardents, et a engendré une croissance phénoménale de la végétation printanière ! Toutes les planètes étaient alignées pour donner chance et succès à cette mise à l’honneur du bio. Médias et organismes de promotion ont mis les petits plats dans les grands, cuisinés par un inspecteur Colum-bio censé être drôle mais pas très percutant, – « Mon dieu, protégez-moi de mes amis ; mes ennemis, je m’en charge ! », disait le duc de Malborough… De mon côté, pour marquer le coup, je me suis rendu le mardi 8 à Libramont, au Centre de Recherches Agronomiques, un CRA pas du tout « cracra »… Les ingénieur.e.s Colum-bio m’ont épaté !

La Microferme du Ponceret, c’est un écosystème d’activités qui s’étend sur 3 ha et qui emploie 14 ETP à l’année. Les compétences y sont donc diversifiées.

La Microferme du Ponceret: éleveurs de vers de terre avant d’être maraîchers

Maraîchage

Située à la sortie de Bastogne, direction Wiltz, le Microferme du Ponceret dénote de par sa structure. Serres de type hollandaises, chaudière à pyrolyse sont à la base d’un projet de maraîchage agroécologique. Son premier chiffre d’affaires? La tomate! Denis Morsomme, porteur du projet, revient sur un modèle rentable qu’il éprouve depuis maintenant 5 ans.

Bien-être animal: le Parlement européen soutient l’interdiction progressive des cages

Elevage

Le Parlement européen a adopté à une large majorité (558 voix contre 37 et 85 abstentions) le 10 juin une résolution en réponse à l’initiative citoyenne européenne End the Cage Age en faveur de l’interdiction progressive, d’ici 2027, de l’élevage en cage d’animaux d’élevage, après la publication par la Commission européenne d’une évaluation d’impact.

La Ferme des Grands Près à Liberchies: maîtriser sa qualité et cultiver son indépendance

Maraîchage

Il y a maintenant plus de vingt ans, Bernadette Vromman et Jean-Yves Vancompernolle ont fait le choix de réorienter l’exploitation familiale vers le maraîchage en variant leurs types de productions. Ils nous expliquent pourquoi, comment la demande a évolué et ce qui différencie cette activité de l’agriculture dite « de grandes cultures ».

Une confiance renouvelée en l’avenir pour l’Industrie laitière

Elevage

En dépit de toutes les perturbations induites par la Covid-19, l’industrie laitière maintient son rythme d’investissements en investissant en 2020 davantage qu’en 2019. Les transformateurs laitiers confirment ainsi leur confiance en l’avenir.

L’azote pourrait limiter le développement de l’agriculture biologique à l’échelle mondiale

Cultures

Dans un article paru dans Nature Food, des chercheurs de l’Inrae estiment que le monde pourra difficilement aller au-delà de 60 % de surfaces bio, en raison des besoins en azote des cultures. Une transition qui supposera déjà de revoir en profondeur notre alimentation et les systèmes d’élevage.

Céréales, oléagineux et protéagineux: les normes de réception en application pour la récolte 2021

Cultures

Nous présentons ci-après les normes de réception des céréales, oléagineux et protéagineux, livrés par les producteurs au négoce-collecteur, telles qu’elles ont été établies par le syndicat national du commerce des céréales et autres produits agricoles, Synagra, en commun accord avec les organisations agricoles.

Les blés d’hiver Moschus et Arminius et le blé d’été Feeling ont été sélectionnés  dans le cadre du projet pour leur bonne teneur en protéines.

De la céréale panifiable au pain bio, une nouvelle filière portée par huit partenaires

Céréales

Cinq agriculteurs, un meunier, un boulanger et un distributeur se sont alliés, à travers un accord de coopération signé fin mai, pour créer une nouvelle filière de blé panifiable biologique et belge.

Fegra envisage l'avenir positivement !

Végétaux

Fegra, la fédération sectorielle du commerce des grains et de l’agro-fourniture, a tenu son Assemblée Générale le 11 juin dernier. Elle a renouvelé pour la première fois la composition des organes statutaires. Elle représente plus de 95% du commerce des grains au niveau national, avec une production nationale de 2,3 millions de tonnes (2020) et un chiffre d'affaires de 6,5 milliards d'euros.

S’installer en agriculture ou en viticulture est un enjeu de société et d’aménagement du territoire. Selon le Centre d’Economie Rural (CERFRANCE), d’ici à 2030, la filière agricole et viticole devrait assister à un phénomène de «multipolarité»: grandes surfaces,  avec faible coût de production et économie d’échelle, contractualisation, développement de marchés de niche,  commercialisation en circuit-court, pluriactivité… Aucun modèle, ni aucun profil n’est donc à rejeter.

Le renouvellement des générations en agriculture est un enjeu de société!

Economie

Agrifrance, département spécialisé de BNP Paribas Wealth Management, publiait la semaine dernière sa note de conjoncture sur le marché du foncier rural français dans laquelle il se penche, cette année, sur la problématique du renouvellement des générations dans le monde rural.

L’objectif de la présidence portugaise est toujours d’arriver à un accord  pour fin juin, bien que certains feux soient encore au rouge.

PAC: les Vingt-sept entrent dans le sprint final

Législation

La réunion informelle des ministres de l’Agriculture de l’UE à Lisbonne devait être l’occasion de célébrer la conclusion des négociations sur la Pac. Avec l’échec des pourparlers fin mai, les Vingt-sept vont finalement devoir prolonger leurs discussions pour proposer un compromis qui satisfasse le Parlement européen.

Les fruits tropicaux figurent parmi les produits bio les plus importés par l’Union européenne.

UE: 2020 a été marquée par le recul des importations de produits agroalimentaires bio

Conso

Les importations de produits agroalimentaires bio ont reculé de 1,9 % dans l’Union européenne en 2020, représentant 2,79 millions de tonnes de produits achetés à des pays tiers contre 2,85 millions de tonnes en 2019, constate la Commission européenne dans une note publiée le 9 juin.