Les indépendants victimes de la fermeture partielle de Veviba pourront reporter d’un an, sans majoration, leurs cotisations sociales de l’année 2018.

Lenteur de la réaction judiciaire pour Veviba: «on se renvoie la patate chaude»!

J.D.

Bovins

En termes de qualité, 3 viandes se démarquent positivement
: le Blanc Bleu Belge, le Bocquillon et l’Arden’Beef.

Le Wallon préfère le Blanc Bleu Belge au bœuf argentin ou irlandais

Conso

Le Blanc Bleu Belge est largement la viande préférée des Wallons, devant la limousine, le bœuf irlandais, argentin, ou la blonde d’Aquitaine, ressort-il d’un test réalisé à l’aveugle en février – soit avant l’affaire Veviba – à la demande de l’Agence wallonne pour la Promotion d’une Agriculture de Qualité (APAQ-W).

L’UE et le Mercosur poursuiventleurs négociations tant bien que mal

Animaux

La dernière série de négociations sur le volet commercial de l’accord d’association entre l’UE et le Mercosur, du 21 février au 2 mars à Asunción, n’a pas permis de parvenir à un compromis.

Denis Ducarme prend des mesures d’aide aux indépendants du secteur de la viande

Animaux

Les indépendants victimes de la fermeture partielle de l’entreprise Veviba pourront reporter d’un an, sans majoration, leurs cotisations sociales de l’année 2018, a décidé le ministre des Indépendants Denis Ducarme.

Introduire davantage de transparence dans la pesée des carcasses 
figure parmi les revendications des syndicats agricoles.

Le travail des éleveurs bovins éclaboussé par Veviba

J.V.

Bovins

Six mois seulement après la crise des œufs contaminés au fipronil, un nouveau scandale frappe les éleveurs belges. Probablement par appât du gain, Veviba s’est livrée à de douteuses pratiques, faisant vaciller l’ensemble de la filière bovine. Heureusement, les éleveurs – totalement innocents ! – conservent la confiance des consommateurs. Les organisations syndicales, elles, montent au créneau et demandent davantage de transparence.

Denis Ducarme constate des déficits à l’Afsca et annonce des réformes

Bovins

«Des réformes auront lieu au sein de l’Agence fédérale de sécurité de la chaîne alimentaire (Afsca) afin de mettre fin à certains «déficits» en matière de contrôle et de transmission de l’information»

Veviba perd ses agréments suite à plusieurs infractions

Bovins

Le ministre fédéral de l’Agriculture Denis Ducarme et l’Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (Afsca) ont décidé de procéder au retrait des agréments de l’entreprise Veviba de Bastogne.

De gauche à droite, le ministre Denis Ducarme avec l’hôte du jour, Philippe Vande De Velde, éleveur BBB et Benoît Cassart, pour la FNCB.

La filière viande bovine réunie à Vaulx-lez-Chimay: le ministre Ducarme face aux forces vives (+ vidéos)

M. de N.

Elevage

Dans un contexte de crise profonde de la filière viande bovine, le ministre fédéral de l’Agriculture Denis Ducarme a rencontré, vendredi dernier, au siège de l’Elevage des Neuf Maisons, de nombreux acteurs de terrain – éleveurs, représentants du commerce et de l’exportation de bétail et de viande, Herd-book, syndicat – . L’heure est grave, les prix sont au ras des pâquerettes et les négociations entre l’UE et le Mercosur font froid dans le dos.

Le nombre de porcs abattus en Belgique continue de diminuer

Animaux

En 2017, en moyenne 26,12 millions d’animaux ont été abattus par mois, selon les chiffres des abattages de 2017 publiés par Statbel, l’office belge de statistique. Sur l’ensemble de l’année 2017, 10,95 millions de porcs ont été abattus, soit une légère baisse de 2 % par rapport à 2016. Cette année-là, une baisse de 6 % avait déjà été constatée par rapport à 2015.

Une étude évalue à 45,14 centimes le coût de production d’un litre de lait en France

Animaux

Une étude réalisée à la demande de plusieurs organisations françaises de producteurs de lait, en collaboration avec l’European Milk Board (EMB), évalue à au moins 45,14 centimes le coût de production, rémunération comprise, d’un litre de lait en France. L’étude a été rendue publique vendredi à l’occasion du Salon de l’Agriculture à Paris.

Si le succès est au rendez-vous pour le lait,  d’autres produits devraient suivre dans les mois à venir.

Le lait «C’est qui le patron?!» vendu chez Carrefour à 1,05€/l

Animaux

«Nos agriculteurs ne peuvent être la variable d’ajustement du traité Mercosur», insiste Denis Ducarme

Animaux

La composante agricole ne doit pas constituer une «variable d’ajustement dans le cadre des négociations» en vue de conclure un traité de libre-échange entre l’Union européenne et les pays du Mercosur - Brésil, Argentine, Uruguay, Paraguay -, a insisté lundi le ministre de l’Agriculture, Denis Ducarme (MR), lors d’une rencontre avec ses homologues européens.

Les ateliers dits «secondaires» peuvent avoir une grande importance dans la gestion de la ferme : il faut bien délimiter les recettes et dépenses y afférents!

Commercialisation et finances en diversification: bien gérer, bien choisir

J.D.

Animaux

Le producteur se doit, de plus en plus, de multiplier les métiers qu’il maîtrise pour s’en sortir économiquement. Si l’activité agricole lui a été apprise, le plus souvent, dès son plus jeune âge, ce n’est pas le cas pour les nouvelles facettes de l’agriculture. Et il n’est pas toujours aisé de s’improviser commerçant ou comptable.

Si les échanges mondiaux de poudre maigre ont augmenté de 10%  sur 10 mois, les cours, qui s’effritent depuis janvier, ne se sont  pas redressés significativement pour autant.

Les marchés des ingrédients laitiers orientés à la baisse

Animaux

Le grand écart demeure entre matière grasse et matière protéique laitières. Toutefois la reprise de la collecte européenne et océanienne, qui continue d’alourdir le marché de la poudre maigre, se traduit aussi dorénavant par une détente des cours du beurre et des fromages commodités.

La situation des marchés des femelles reste contrasté à travers l’Europe.

Femelles en Europe: les prix divergent à nouveau

Animaux

La situation des marchés est contrastée. Les prix allemands suivent une évolution saisonnière classique. Les prix néerlandais chutent en raison d’un afflux de sorties. Les prix polonais profitent d’une valorisation croissante de la viande exportée. Les prix irlandais sont dopés par la demande britannique.

La filière viande, et plus particulièrement la filière bovine, subit de plein fouet la pression exercée par la grande distribution. En magasin, cela se traduit par d’importantes promotions destinées à attirer le consommateur. À la ferme, c’est le revenu de l’agriculteur qui en pâtit.

Face aux consommateurs et à la grande distribution, le modèle agricole actuel souffre… mais des solutions existent

J.V.

Economie

Baisse des prix sur les marchés nationaux et mondiaux, exigences croissantes des transformateurs et de la grande distribution, perte de confiance des consommateurs… L’agriculture est actuellement confrontée à de nombreux défis. Néanmoins, face à cette morosité ambiante, des solutions se profilent à l’horizon. Ainsi, les éleveurs doivent notamment se réapproprier leur production pour la commercialiser sous leurs propres marques.

«Le volet agricole de l’accord avec le Mercosur pas acceptable en l’état» selon le Premier ministre

Animaux

Le volet agricole de l’accord de libre-échange avec les pays du Mercosur (Paraguay, Uruguay, Argentine, Brésil) « n’est pas acceptable dans son état actuel », a estimé mardi matin le Premier ministre Charles Michel à quelques heures d’une réunion entre les négociateurs sud-américains et les commissaires européens à Bruxelles.

Dans cet entrepôt d’Herstal, sont stockées 12.577
t de poudre de lait écrémé, soit 8.385
palettes de 1.500
kg, ou encore 503.084
sacs de 25
kg. Des chiffres qui donnent le tournis...

380.000 tonnes de poudre de lait pèsent sur le dos des éleveurs européens (vidéos)

J.V.

Animaux

Si la Wallonie est connue pour ses verts pâturages et ses exploitations laitières familiales, les sept entrepôts de poudre de lait dispersés sur son territoire sont, eux, nettement plus secrets. C’est pourtant dans l’un d’entre eux que les responsables de l’EMB ont fait part de leurs inquiétudes à une poignée de députés européens. « Ces stocks sont une épée de Damoclès au-dessus de nos têtes », ont-ils clamé devant un véritable mur de poudre de lait.

Le prix des œufs encore actuellement élevé

Animaux

Le prix national des œufs est encore environ 50 % supérieur à celui qu’il était à la même période il y a un an. Un phénomène qui s’explique par la crise des œufs contaminés au fipronil de l’été dernier.

Fin 2017, 98% des coûts de la production laitière ont été couverts en Allemagne

Animaux

Pour la première fois depuis le calcul des coûts de la production laitière en Allemagne, les coûts incombant aux producteurs laitiers étaient presque couverts au quatrième trimestre 2017.

Certains pays, dont la Belgique, sont dans une dynamique de croissance: leur collecte cumulée n’avait pas sensiblement reflué en 2016 et ils enregistrent des records de production en 2017

La hausse de l’offre fait pression sur les prix

Animaux

Non seulement la relance de la collecte européenne s’accentue, mais la collecte océanienne démarre son pic saisonnier en hausse sensible. Cette hausse de l’offre laitière commence à peser sur les marchés des commodités et risque de se répercuter cet hiver sur les prix du lait.

«Après le scandale de la viande avariée dévoilé en mars dernier, nous avons décidé d’agir de façon ferme et transparente pour réaffirmer au monde la qualité de notre inspection alimentaire», a indiqué le vice-ministre brésilien de l’Agriculture.

La viande brésilienne tente de redorer son blason sanitaire

Bovins

Alors que les eurodéputés agricoles du Parlement européen envisagent la création d’une commission spéciale de l’Assemblée sur la situation et les contrôles sanitaires de la viande au Brésil, après l’envoi sur place en avril d’une mission d’information, Brasília vient d’annoncer le lancement d’un programme national destiné à rétablir la réputation du secteur auprès de ses clients sur le marché international.

Vers une nouvelle dépréciation du prix du lait ?

L’euphorie sur le beurre est terminée

Animaux

La reprise de la collecte laitière européenne et océanienne a relancé les fabrications de commodités laitières qui détendent d’un côté le marché du beurre et de l’autre alourdissent davantage celui des protéines laitières. Au 1er semestre 2018, les cours pourraient encore se dégrader et déprécier de nouveau le prix du lait.

Les agriculteurs se rattrapent après une année 2016 difficile

Végétaux

Les agriculteurs profitent d’un bon rendement en 2017 après une année 2016 particulièrement maigre, ressort-il des chiffres du service public fédéral Économie. Celui-ci s’est basé sur des estimations provisoires des comptes de l’économie agricole belge, effectuées en collaboration avec les administrations régionales et certains experts.

Un écart important pourrait perdurer entre les prix du beurre et de la poudre de lait écrémé.

Le prix du beurre s’oriente à la baisse mais reste élevé

Animaux

À plus de 5.000 € la tonne, le prix du beurre se maintient à des sommets.