Si tous les producteurs et consommateurs se donnaient la main…?

Voix de la terre

Le projet pilote d’aide au reboisement de la Ministre Céline Tellier ne portera des fruits que si les conditions d’octroi  soutiennent une forêt plus résiliente mais productive.

Forêt wallonne: 15 millions d’arbres à planter! Quels choix pour notre forêt de demain?

Voix de la terre

La forêt wallonne, dont la surface a presque doublé en 150 ans, passant de 300.000 ha en 1866 à plus de 550.000 ha à ce jour, est en souffrance depuis quelques années, victime de l’évolution climatique et de l’émergence de nouvelles maladies. Des milliers d’hectares d’arbres malades (dont 8.000 ha d’épicéas en 2 ans) ont dû être récoltés ces dernières années. À l’heure de reboiser ces surfaces, beaucoup de questions se posent, tant au niveau du choix des essences que de l’évolution de notre sylviculture. Nous, producteurs de bois, entrepreneurs et exploitants forestiers, et transformateurs de bois, rappelons que le projet pilote d’aide au reboisement de la Ministre Céline Tellier, ne portera des fruits que si les conditions d’octroi soutiennent une forêt plus résiliente mais productive.

IA: aïe aïe, ou ouaw?

Marc Assin

Voix de la terre

Il y a IA et IA. Ne pas confondre ! Pour nous, agriculteurs, IA signifie Insémination Artificielle. Quoi d’autre ? En réalité, pour le commun des mortels, l’IA n’est autre que l’Intelligence Artificielle. Si les desiderata des technocrates de l’UE sont rencontrés lors de cette réforme de la PAC, cette IA-ci risque fort d’avoir envahi et conquis l’agriculture à l’horizon 2030. En somme, selon leur volonté affirmée, un grand nombre de tâches et de décisions pourront être gérées par des machines dites « intelligentes », équipées d’un outillage sophistiqué et bardées de capteurs sensoriels. Les paysans ne serviront plus à grand-chose…

Réforme de la PAC: la crise sanitaire ne doit pas nous faire oublier ce qu’il y a dans nos assiettes

Voix de la terre

Il n’y a pas si longtemps, la question écologique figurait parmi nos principales préoccupations. Depuis lors, la crise sanitaire et le Brexit passant par-là, nous avons quelque peu mis de côté l’imminence du défi écologique et l’importance d’une réforme qui se fait attendre ; celle de la Politique Agricole Commune. Car même si l’agriculture n’est pas seule responsable des émissions de gaz à effets de serres, pour relever ce défi écologique, l’UE dispose entre autres de la PAC, une opportunité majeure qui va conditionner l’atteinte de nos objectifs de neutralité carbone, le devenir de nos assiettes mais aussi bien sûr la vie de nos agriculteurs qu’il faudra plus que jamais soutenir dans le cadre de cette réforme nécessaire.

Éoliennes et peupliers: un traitement écologique opposé

Voix de la terre

Depuis une vingtaine d’années la mouvance écologique favorise l’implantation des éoliennes avec, depuis quelques années, un développement accéléré des moulins sans que les réticences initiales se manifestent. Des « comités de défense » de nos paysages ont d’abord mené de vives actions d’opposition à l’installation des « pylônes ailés » mais semblent aujourd’hui résignés. On ne compte pas moins de 85 éoliennes en Wallonie picarde, un territoire restreint, et d’autres sont en projet.

Corona-locavorisme

Voix de la terre

La pandémie de Covid-19 a bousculé notre monde d’une manière inimaginable. Chaque jour, de nouveaux indices nous font découvrir à quel point nos modes de pensée ont été modifiés par les diverses restrictions et toutes ces perspectives inédites, induites par la présence de cet envahisseur invisible. La nourriture, par exemple, est revenue au centre des préoccupations par la force des choses, avant toutes ces distractions « essentielles » qui accaparaient auparavant la plupart des activités, du style : voyages touristiques, shopping addictif, rendez-vous gagne-pain ou rendez-vous coquins, sorties bibitives et gourmandes, loisirs, sports, culture, etc.

Sucrerie de Seneffe: encore un épilogue après sa mise en terre!

Voix de la terre

La CBB (Confédération des Betteraviers Belges) s’émeut de l’abandon du projet de construction d’une sucrerie à Seneffe porté par la CoBT (Coopérative des Betteraviers Transformateurs). Elle dit réfléchir pour ensuite agir ? Cette réflexion aurait-elle été initiée par d’autres réflexions ?

Puisqu’aucun autre CIA n’a formalisé d’intérêt pour le programme génomique en B-BB, un projet de collaboration entre Elevéo et Inovéo s’est naturellement mis en place.

Génomique en race B-BB: rétablissons certaines vérités

Voix de la terre

Dans un précédent numéro du Sillon Belge, M. Benoit Cassart, du CIA Fabroca, exposait plusieurs critiques dans le cadre du lancement de la génomique en B-BB. Il est important pour nous de rétablir certaines vérités.

Colchicine, un médicament à portée de main

Voix de la terre

Histoire de sucre: quand les rapports entre industriels et agriculteurs ne sont pas un long fleuve tranquille

Voix de la terre

L’année 2020 s’est terminée sur une mauvaise nouvelle pour les betteraviers. La CoBT, sucrerie de Seneffe, ne se fera pas. Du moins, pas de suite, car même si ce projet ne se réalise pas dans l’immédiat, il en appellera d’autres, nous en sommes sûrs. Il aura eu le mérite de montrer au monde industriel qu’il est possible de coaliser des agriculteurs, des investisseurs et des bonnes volontés pour réaliser ce beau projet de coopérative. Malheureusement, il semble que les banques aient trébuché sur la dernière marche, probablement victimes d’un lobbying toxique. À suivre donc…

Vidéo-PAC

Marc Assin

Voix de la terre

Le langage de la terre

Marc Assin

Voix de la terre

Chaque semaine, je m’attache à vous transmettre les paroles des « Voix de la terre », prononcées par des parents, voisins, amis et connaissances, très proches pour la plupart de notre milieu agricole. J’écris toutes mes réflexions en français, tandis que ces conversations orales se sont tenues le plus souvent en dialecte wallon. N’est-ce pas une trahison ? Je m’interroge…

Marc Assin votre rêve est réalité… La COBT l’a réalisé!

Voix de la terre

En effet, dans votre très bel article de 14 janvier dernier – un de plus ! – vous faites le constat au combien réel de notre triste métier d’agriculteur et vous terminez par un rêve qui pourrait changer les choses… Une coopérative avec des agriculteurs faisant preuves de solidarité ; synonyme d’union pour agir sans fatalisme contre ces « money, money, money » qui nous dévorent. Quel beau rêve !

Blanche neige et gel aux mains

Marc Assin

Voix de la terre

Selon l’expression consacrée, chaque an nouveau s’ouvre sur une page blanche à écrire ! La métaphore a rejoint la réalité et en effet, janvier 2021 est très blanc à plus de 500 m d’altitude, drapé d’une épaisse couche de neige immaculée tombée à partir du 26 décembre. Un manteau d’hermine couvre les champs depuis plus de trois semaines, une durée exceptionnelle en ces temps de réchauffement climatique. Tant de jours d’affilée sous la neige, ce n’était plus arrivé chez nous depuis vingt ans ! Au cahier des actualités, la première page est restée blanche très peu de temps ; déjà, toutes sortes de faits s’y sont inscrits, barbouillés sur fond de Covid et de vaccination.

Fabroca veut être partie prenante du projet génomique quand il s’agira de travailler sur  les critères fonctionnels tels que la vitalité, la fécondité ou la qualité de la viande.

Sur le fond, Fabroca yest favorable; sur la forme…

Voix de la terre

L’arrivée de la génomique dans la sélection la race B-BB est-elle une révolution ? Comment est-elle perçue par les centres d’insémination privés ? Fabroca, centre de distribution de semences B-BB, nous donne son point de vue.

Money, money, money…

Marc Assin

Voix de la terre

J’aime affectueusement les pommes de terre, mais je sais depuis longtemps qu’elles ne m’aiment pas ! Ces diablesses de patates me jouent mille tours de cochonnes quand je me risque à en planter sur un bout de champ, au potager ou même chez un ami. Les miennes dépérissent toujours, d’une façon ou d’une autre : gel tardif en juin, doryphores et mildiou en juillet, grêle en août, sangliers en septembre. Elles le font exprès, histoire de m’humilier et de bien me faire comprendre qu’il n’est pas question pour elles de se fatiguer pour moi. J’ai rendu les armes depuis longtemps, et me fournis chez un artisan-patatier de première force, 8 € le sac de 10 kg. À 72 ans, il fait tout le travail à la houe et au croc à fumier, sauf labourer et herser bien entendu, et n’utilise que son fumier de moutons pour engraisser son lopin de 10 ares, lequel change d’endroit chaque année dans sa prairie. Comment fait-il, sans fongicides ni produits chimiques d’aucune sorte ? Mystère… Je l’appelle « l’homme qui murmure aux oreilles des patates » !

50 fois plus cher, écœurés par cette triste réalité!

Voix de la terre

En ouvrant les publicités toutes boîtes récemment, nous avons bondi, écœurés par l’annonce d’une promo fraîcheur d’une grande chaîne de magasin !

Le vaccin… Bien sûr!

Voix de la terre

La pandémie du coronavirus aurait démarré en Chine dans la seconde moitié de 2019. Amusant, c’est juste 225 ans après la première vaccination, effectuée par le médecin Jenner sur un jeune garçon. Il utilisa le pus d’une trayeuse atteinte par une infection des vaches. Cette infection s’appelait la vaccine. Car on avait remarqué que les trayeurs et trayeuses échappaient à la variole, une épidémie très contagieuse due à un virus.

V comme…?

Marc Assin

Voix de la terre

Index et majeur écartés, tendus vers le haut, tandis que les autres doigts de la main restaient serrés dans sa paume : Winston Churchill a immortalisé ce geste lors de la Seconde Guerre Mondiale. V comme « victory » ! Puissions-nous agir de même au cours de 2021, pour célébrer la victoire contre la Covid-19… Le 1er janvier 2020, les joyeux fêtards tendaient même les deux mains, pour former les deux V de « vingt-vingt » ! Puis en mars, un V seulement, on faisait moins les malins : V comme virus, comme première vague, un V tendu à l’horizontale comme une paire de ciseaux, ceux de la Parque Morta qui s’apprêtait à couper les fils de milliers de vies. Ce V-là nous a accompagnés depuis lors ; puis aux premiers jours de 2021, un autre V nous apparaît timidement : V comme Vaccin ! V1, V2, etc, comme ces fusées allemandes qui tombaient du ciel sans crier gare, en ’44 et ’45. En « vingt-vingt et un », quels V recevrons-nous sur la tête ?

Nous voilà à un tournant de l’Histoire

Voix de la terre

L’un des êtres les plus petits et les plus anciens de la Terre nous emmène vers une récession sans précédent en temps de paix. Ce phénomène médiéval, qu’on n’eut cru plus jamais vivre, fait trembler les médecins, chercheurs et économistes.

Par les champs et par les bois

Marc Assin

Voix de la terre

Dans une autre vie, je fus sans doute homme des bois, tellement la forêt et les arbres me sont sympathiques ! C’est loin d’être le cas chez la plupart des agriculteurs… Les fermiers planteurs de haies vives font souvent l’objet d’articles élogieux dans les journaux ou à la télé, mais ils sont peu représentatifs de notre profession, c’est le moins qu’on puisse dire ! Ce désamour n’a-t-il pas été induit par l’intensification progressive de l’agriculture depuis 200 ans ? Pourquoi a-t-on séparé les champs de leurs bonnes amies les forêts ? Ils étaient autrefois mariés pour le meilleur, et pas du tout pour le pire. N’est-il pas temps de se réconcilier avec nos arbres ?

Une vache nommée Blossom

Voix de la terre

Le feuilleton « Covid-19 » est bien parti pour durer, vague après vague… Mais ces dernières semaines marquent pourtant un tournant décisif, avec la mise au point et l’arrivée prochaine de vaccins ! « Vaccin » : d’où vient ce mot ? Comment cette nouvelle phase sera-t-elle négociée par les responsables sanitaires et politiques » ? Sans doute ceux-ci vont-ils encore nous surprendre ! La gestion de la pandémie ne cesse de nous étonner depuis le mois de mars, nous autres agriculteurs ! La médecine humaine gère les maladies virales différemment de la médecine vétérinaire, c’est le moins qu’on puisse dire… La biosécurité dans les exploitations d’élevage est infiniment plus stricte, et davantage efficace. Mais à quel prix pour les fermiers !

Les fabriques d’ignorance

Marc Assin

Voix de la terre

Pourquoi les émissions intéressantes passent-elles très tard à la télé ? Les spectateurs préfèrent sans doute le ronronnement des productions distrayantes, que l’on regarde sans trop se fatiguer. Réfléchir coûte quelques efforts… Téléphile à la petite semaine quand mes yeux disent « stop » à la lecture, je suis tombé par hasard sur « Matière grise », jeudi vers 23 heures, déjà en pyjama. Un mot rigolo a tout de suite percuté mes oreilles à moitié endormies : « agnotologie», étude de la production culturelle d’ignorance. L’émission était consacrée aux vastes manipulations mises en œuvre par des groupes de pression pour semer le doute dans le débat public, afin de jeter la suspicion sur des produits sains, nier l’urgence de certains défis à relever, ou pour innocenter des substances dangereuses, normaliser des modes de consommation destructeurs pour l’environnement. Les « agnotologues » ont du pain sur la planche en 2020, pour démonter les mécanismes de ces arnaques XXL. Le secteur agricole, tout particulièrement, n’échappe pas à l’emprise de ces « fabriques d’ignorance » !

Gloire à la viande 100% d’origine végétale

Voix de la terre

Grande victoire pour les végétariens et les végans ; les députés européens ont rejeté toutes les propositions visant à réserver les dénominations utilisées pour les viandes exclusivement aux produits contenant de la viande. Rien ne changera donc pour les produits d’origine végétale et pour les dénominations ambiguës actuellement utilisées pour leur vente.

L’horloge tourne

Marc Assin

Voix de la terre

Comme on dit dans notre petit coin d’Ardenne : « Le mois de novembre s’ra co’vite passé ! ». Le sable du temps glisse entre nos doigts à une vitesse ahurissante, en cette année de disgrâce 2020 placée sous le signe de la Covid-19, de la « co’vite » tout court. Aux horloges, les aiguilles tournent fou et nous piquent nos instants et nos heures. À peine lundi entamé, on est déjà samedi. Hier, c’était le printemps confiné ; aujourd’hui, c’est déjà l’automne, encore confiné ; même les poules ne peuvent plus sortir… Ce temps, quel taon ! Toujours à nous harceler, à sucer notre bon sang de bonsoir, du matin jusqu’au soir !