Accueil Maraîchage

Maraîchage

Maraîchage

Les fraises souffrent aussi des prix de l’énergie

Maraîchage Les premières fraises de la saison ont elles aussi souffert des prix élevés de l’énergie. «Les quantités sont moindres mais la qualité est néanmoins présente», a assuré la confrérie des «Ghesellen», qui assure traditionnellement la promotion des fraises d’Hoogstraten.
L'info en continu Voir toute l’actualité en continu >

Abonnez-vous

Recevez Le Sillon Belge chaque semaine chez vous et bénéficiez d'un accès à tout le site : Articles, météo et cotations des marchés agricoles

Voir l'offre d'abonnement

La chambre froide pour conserver les légumes

En maraîchage, l’installation passe par des investissements pour l’accès à la terre, les abris pour les cultures comme les serres par exemple, la location ou mieux l’achat de matériel d’implantation et d’entretien. L’irrigation est très urgemment nécessaire aussi.

Une relance de la libération de l’azote trop tardive?

Lorsqu’il fallut préparer les terres au printemps, nous avions dû composer avec des structures des sols matraquées par les précipitations élevées en 2021. Les cultures implantées en avril et mai s’en ressentent encore maintenant. L’enracinement est moins performant dans les sols aux moins bonnes structures ; elles ont souffert davantage du déficit hydrique estival ?

Le choix des lecteurs

Les rotations sur petits espaces, pas une vraie solution contre les chenilles défoliatrices!

Plusieurs espèces de Lépidoptères peuvent provoquer des dégâts aux cultures maraîchères, leurs chenilles grignotant les feuilles et laissant leurs traces. C’est le nombre de chenilles qui détermine l’ampleur des dégâts. Le cycle de développement classique comprend les adultes papillons partant en vol nuptial, la ponte des œufs par les femelles, l’éclosion des œufs, le développement des larves consommatrices des tissus végétaux en plusieurs stades larvaires, la pupe et enfin l’éclosion des adultes papillons.

Diversifier ses activités grâce aux cultures maraîchères

Une ferme de culture et d’élevage peut diversifier ses activités en produisant des cultures maraîchères. La décision dépend d’abord de l’intérêt pour ce genre de travail de la part des fermiers. La production et la commercialisation demandent plus de main-d’œuvre, c’est très important de s’en préoccuper avant de se lancer. Nous avons déjà eu l’occasion de nous pencher sur ces aspects, notamment dans le SB du 23 décembre dernier.

Le chou-fleur de printemps: pour étoffer son assortiment de légumes dès juin

Dans les fermes maraîchères diversifiées, la culture du chou-fleur hâtif a sa place pour permettre une commercialisation en juin. L’assortiment de variétés proposé par les semenciers est en évolution. Les variétés modernes ont un développement végétatif puissant qui demande de plus larges distances de plantation.

Économiser l’eau et irriguer raisonnablement les cultures

Les années 2017 à 2020 nous ont rappelé que nous devons compter sur de possibles périodes de déficit hydrique dans nos cultures. Comme leur nom l’évoque, les cultures maraîchères ont besoin de disponibilités importantes et soutenues en eau. 2021 fut excessive dans l’autre sens et certaines réserves ont été partiellement reconstituées. Mais restons attentifs aux messages de prévention en vue d’économiser l’eau et réduire les irrigations. Nous sommes tous concernés par une gestion de l’usage l’eau.