Accueil Economie

Economie

Economie

Marché des grains: stabilisation sur des cours hauts pour la rentrée

Végétaux La trêve estivale a été le théâtre de récoltes contrastées dans l’hémisphère Nord, de nouvelles tensions géopolitiques (Ukraine-Russie, Chine-Taïwan) et de conditions météorologiques difficiles. Les rendements, bien qu’hétérogènes, permettent une bonne production européenne en blé et en colza au contraire du maïs et du tournesol qui inquiètent les acteurs.
L'info en continu Voir toute l’actualité en continu >

Abonnez-vous

Recevez Le Sillon Belge chaque semaine chez vous et bénéficiez d'un accès à tout le site : Articles, météo et cotations des marchés agricoles

Voir l'offre d'abonnement

Les grandes cultures européennes en 2022: des récoltes contrastées en raison de la sécheresse

Le niveau de production des céréales et des oléagineux devrait être très disparate en 2022, prévoit dans ses projections la Commission européenne. En cause, les épisodes de sécheresse de cet été qui n’ont pas eu les mêmes conséquences sur les cultures de printemps et les cultures d’hiver. Bruxelles s’inquiète également du risque d’un manque d’alimentation animale.

La Fao enregistre une cinquième baisse consécutive

Le baromètre des prix mondiaux des denrées alimentaires a fléchi pour le cinquième mois consécutif en août, car les cours de la plupart des produits de référence ont baissé, selon les derniers chiffres de la Fao.

Reprise de l’abattoir de Bastogne: 16 millions d’euros pour le redéploiement du site

Bernard Gotta (Viande Liège) et Marcel Peters (PEMA Group) investissent 16 millions d’euros dans la reprise de l’abattoir de Bastogne, ont-ils annoncé mercredi matin lors d’une présentation du projet en présence des autorités bastognardes et wallonnes. Le début des travaux est prévu pour 2024. Le projet comprend notamment le doublement de la surface des étables et la modernisation de la chaîne d’abattage.

Craintes et opportunités font naviguer les filières végétales bio à vue

Diverses tendances s’opposent actuellement dans les filières végétales bio. Certaines se développent tout en rencontrant la demande des consommateurs tandis que d’autres se caractérisent par une offre excédentaire. À cela s’ajoute la hausse généralisée des coûts de production. Le scepticisme est de mise chez de nombreux producteurs.

Approvisionnement en gaz: le secteur agroalimentaire prioritaire

Pour s’affranchir du gaz russe et anticiper toute interruption brutale dans l’approvisionnement, la commission a proposé aux États membres un plan de réduction de 15 % de la consommation de gaz sur une période de huit mois (du 1er  août 2022 au 31 mars 2023), dans lequel le secteur agroalimentaire est considéré comme prioritaire.

Le choix des lecteurs