À la découverte de l’autonomie alimentaire en Condroz, Famenne et Ardenne

Si chaque éleveur voit différemment l’alimentation de son bétail d’ici 5 à 10ans, la recherche d’une plus grande autonomie semble être une constante.
Si chaque éleveur voit différemment l’alimentation de son bétail d’ici 5 à 10ans, la recherche d’une plus grande autonomie semble être une constante. - J.V.

Comment voyez-vous l’alimentation de votre bétail dans 5 à 10 ans ? Posée aux éleveurs, cette question suscite de multiples réponses. Certains mentionnent une motivation de relocaliser la production des aliments du bétail pour minimiser l’impact sur l’environnement, d’autres souhaiteraient diminuer leur quantité de travail, beaucoup évoquent l’intérêt économique d’éviter les fluctuations des prix du marché des produits achetés ou de diminuer les frais d’aliments grâce à des fourrages auto-produits de meilleure qualité. Enfin, quelques-uns, désireux de maîtriser et de connaître la qualité de tous les aliments qu’ils donnent à leur troupeau, y voient une démarche de transparence vis-à-vis du consommateur.

Toutes ces aspirations sont différentes mais ont un élément en commun : la recherche de davantage d’autonomie alimentaire ! Pour répondre à cette demande, trois Groupes d’action locale (Condroz Famenne, Nov’Ardenne et le Pays des Tiges et Chavées) ont élaboré avec leurs partenaires des projets pilotes permettant aux fermes de trouver des pistes concrètes pour augmenter la part auto-produite de leurs aliments. Ces éleveurs ont ainsi pu bénéficier à la fois d’un conseil individuel (en collaboration avec Fourrages Mieux, le centre Michamps ou l’OPA) et d’une série de rencontres de groupe favorisant le partage d’expériences.

Seize témoignages

À chaque ferme son système et ses possibilités d’être plus autonome en aliments. Deux conditions sont néanmoins nécessaires : d’une part, le fait de pouvoir se projeter sur un idéal et d’autre part, le fait de savoir partager avec les autres pour confronter cet idéal à leurs expériences et apprendre de leurs erreurs et réussites.

C’est dans ce but que les trois GAL ont réalisé un recueil de fiches reprenant seize pratiques d’autonomie alimentaire à travers des témoignages d’éleveurs. Les pratiques sont regroupées en quatre thématiques : produire plus de fourrages, mieux valoriser l’herbe, produire plus de ressources protéiques et adapter la conduite de son troupeau.

Ces fiches sont téléchargeables librement sur les sites : www.tiges-chavees.be, www.novardenne.be et www.condroz-famenne.be. Elles sont également disponibles en version papier à la demande à l’OPA à Ciney et au centre de Michamps.

Une structure d’accompagnement

Afin de pérenniser la démarche initiée et l’étendre à davantage d’éleveurs, des éleveurs de Condroz-Famenne souhaitent mettre en place une structure autonome d’accompagnement à l’autonomie alimentaire.

Si vous êtes éleveur et intéressé, contactez un GAL : Condroz Famenne (Hamois, Havelange, Ciney, Somme-Leuze) : 0486/52.74.55 ou coordination@condroz-famenne.be ; Pays des Tiges et Chavées (Assesse, Gesves, Ohey) : 083/67.03.41 ou info@tiges-chavees.be ; Nov’Adrenne (Libin, Libramont, Saint-Hubert, Tellin) : 061/86.03.16 ou info@novardenne.be.