Accueil Végétaux

Le premier navire transportant du maïs d’Ukraine atteint sa destination finale

Le Polarnet, un cargo battant pavillon turc et transportant 12.000 tonnes de maïs ukrainien a atteint lundi la ville d’Izmit sur la mer de Marmara en Turquie, devenant ainsi le premier navire à atteindre sa destination finale depuis qu’un accord a été conclu pour libérer les stocks de céréales bloqués dans les ports de la mer Noire depuis le début de la guerre entre les deux anciens pays du bloc soviétique, rapporte l’agence officielle Anadolu

Temps de lecture : 2 min

Jusqu’à présent, 10 navires céréaliers ont quitté les ports ukrainiens, selon le ministère turc de la Défense, le Razoni étant le premier à partir pour le Liban lundi dernier. L’arrivée de ce premier bateau a cependant été retardée.

Ces transports s’inscrivent dans le cadre de l’accord conclu en juillet pour libérer les millions de tonnes de céréales bloquées dans les ports de l’Ukraine, considérée comme le grenier à blé de l’Europe et un acteur agricole majeur à ce titre. Ces exportations sont en outre considérées comme capitales en vue d’une stabilisation des cours du grain sur les marchés mondiaux et ce afin d’éloigner le spectre de la famine au Moyen-Orient et en Afrique

En vertu de l’accord, l’Ukraine s’est engagée à guider les navires dans les eaux minées et la Russie a promis de ne pas cibler les navires et certaines infrastructures portuaires. Les parrains de l’accord, les Nations unies et la Turquie, aident à coordonner les exportations et à surveiller les cargaisons pour s’assurer que les navires ne font pas de contrebande d’armes dans la zone de guerre.

Plus de 20 millions de tonnes de céréales de la récolte de l’an dernier attendent toujours d’être exportées, ont annoncé les autorités ukrainiennes au début du mois.

Belga

A lire aussi en Végétaux

Marché des grains: stabilisation sur des cours hauts pour la rentrée

Végétaux La trêve estivale a été le théâtre de récoltes contrastées dans l’hémisphère Nord, de nouvelles tensions géopolitiques (Ukraine-Russie, Chine-Taïwan) et de conditions météorologiques difficiles. Les rendements, bien qu’hétérogènes, permettent une bonne production européenne en blé et en colza au contraire du maïs et du tournesol qui inquiètent les acteurs.
Voir plus d'articles