Le pois et la féverole, deux candidats sérieux au développement du plan wallon des protéines végétales

La féverole présente une forte sensibilité aux aléas climatiques et biotiques, ce qui complique sa culture.
La féverole présente une forte sensibilité aux aléas climatiques et biotiques, ce qui complique sa culture. - M. de N.

En novembre 2018, la Commission européenne a présenté son « Plan Protéines ». Son but : doter l’Europe d’une stratégie lui permettant, notamment, de réduire sa dépendance au soja d’importation. Outre un volet alimentation animale, une partie du plan est dédiée à l’alimentation humaine.

« Les légumineuses ne représentent actuellement que 3 % des terres arables de l’Union européenne. Le monde de la recherche s’attelle donc à améliorer la compétitivité des protéagineux et, ainsi...

Cet article est réservé aux abonnés

Lire la suite de cet article ? Enregistrez-vous gratuitement et lisez 3 articles supplémentaires

Enregistrez-vous pour lire plus d'articles gratuitement
J'en profite

Je suis abonné au journal Le Sillon Belge:


j'ai déjà d'un compte en ligne
Je me connecte

Je n'ai pas encore activé mon compte en ligne
Je m'inscris

Le direct

Le direct