Covid-19 – Le secteur de la pomme de terre évalue ses pertes potentielles à 125 millions d’euros!

D’énormes incertitudes planent déjà sur la saison prochaine dont les plantations devraient se terminer pour la fin de ce mois.
D’énormes incertitudes planent déjà sur la saison prochaine dont les plantations devraient se terminer pour la fin de ce mois. - M. de N.

L’évaluation habituelle des stocks belges de pommes de terre a eu lieu début avril dans un contexte très particulier. La crise du Corona virus a fait disparaître quasi entièrement les marchés libres (il n’y a plus de cotations depuis mi-mars faute de transactions enregistrées pour l’industrie), et a fortement ralenti l’activité des usines en Belgique et à l’étranger.

On estime ainsi que l’industrie belge tourne depuis 4 semaines à un niveau de l’ordre de 50 à 70 % de sa capacité maximale (laquelle représente entre 100.000 et 120.000 tonnes par semaine). Les enlèvements prennent du retard, et, en accord avec le vendeur, des volumes sont d’ores et déjà repoussés à juillet voire août, avec prise en considération des surcoûts de stockage (mais avec les réserves d’usage quant au maintien de la qualité).

Des producteurs se sont équipés en groupes froids pour prolonger la conservation. Tous ces efforts ne suffiront pas à absorber les volumes disponibles au 1er avril, lesquels sont évalués à 1,71 million de tonnes, dont 1,17 million sous contrat, et 540.000 tonnes de libres.

L’évaluation des stocks au 1er avril ne pourra pas servir à prévoir la fin de saison car le Covid - 19 perturbe profondément les fonctionnements normaux des marchés (libres et contractuels).

Ces chiffres ont par contre servi à évaluer le dommage maximal de la crise. L’organisation interprofessionnelle belge de la pomme de terre Belpotato.be l’a chiffré à maximum 750.000 tonnes de pommes de terre industrielles encore en stock pour une valeur de 125 millions d’euros. Il s’agit essentiellement des volumes libres (sans acheteur prédéfini donc), de l’ordre de 500.000 tonnes, car le mot d’ordre du négoce et de l’industrie à ce jour reste d’honorer les contrats.

Ces chiffres de dommages belges viennent s’ajouter aux estimations hollandaises (1 million de tonnes – valeur de +/- 180 millions d’euros) et françaises (500.000 tonnes, soit 90 millions d’euros). L’Allemagne aura également un volume considérable de pommes de terre non utilisées.

Pas de dédommagement prévu jusqu’ici!

Les estimations nationales ont servi à alerter depuis plusieurs semaines les autorités compétentes dans chaque pays ou régions. La Commission européenne a accepté la pomme de terre sur la liste des secteurs fortement touchés par la crise, et devrait annoncer prochainement les mesures concrètes de soutien.

Malgré toutes les démarches déjà effectuées par Belpotato.be, la Fiwap et la Fwa, aucun dédommagement financier n’est encore acquis aujourd’hui pour les opérateurs belges, alors que d’énormes incertitudes planent déjà sur la saison prochaine dont les plantations devraient se terminer pour fin avril.