Le Congrès FNO à nos portes!

Le Congrès FNO à nos portes!
D.J.

Organiser un congrès hors de France est une 1ère historique pour la FNO et ce n’est pas par hasard si elle se tiendra en Belgique. Les professionnels ovins français pourront découvrir à la fois une nouvelle approche de la production, mais également le cœur des instances européennes qui pèsent de plus en plus dans leur quotidien d’éleveurs. .

Un rendez-vous important!

Inscrit dans l’ADN de cette fédération, le congrès est l’occasion de mettre en avant la diversité qui caractérise la production et de faire découvrir aux responsables professionnels des systèmes de production et autres particularités qui font la force d’un territoire, d’une région ou d’un pays.

Ce sera aussi l’occasion pour les éleveurs wallons d’accueillir l’un des grands pays européens producteurs d’ovins et de donner au monde agricole wallon une image professionnelle de la production. Même si l’effectif ovin en Belgique reste marginal, le secteur est fier de sa diversité et de ses performances. Une phase de changement commence à se faire ressentir : en 5 ans, le nombre d’éleveurs professionnels a été multiplié par 1,4 passant de 320 en 2010 à 459 éleveurs en 2015. Selon les dernières statistiques Sanitel, on recense 5.030 élevages en Wallonie dont 459 élevages professionnels. Cette spéculation semble séduire les jeunes puisque 63% des éleveurs ovins sont âgés de moins de 50 ans.

L’Europe au cœur du débat

Par sa position centrale et proche des institutions européennes, l’enjeu de cette présence en Belgique portera sur la mise en avant de l’Europe. L’Union Européenne constitue aujourd’hui un lieu stratégique d’orientation des politiques agricoles mais également commerciales qui peuvent avoir des incidences vitales pour la production. Brexit, future PAC, ouverture des négociations commerciales avec l’Océanie… les éleveurs ovins veulent prendre leur destin en main et rebondir sur la feuille de route dressée par le forum européen sur la viande ovine pour avancer.

Si la filière ovine française représente 40% des volumes de production d’agneaux consommés en France aujourd’hui, le premier pays producteur et exportateur de l’Union Européenne reste le Royaume-Uni. Sa sortie constitue donc un enjeu majeur sur la production ovine européenne.

Le vendredi 28 avril, la FNO organisera à partir de 10h30 au Libramont exhibition, une table ronde « Brexit, PAC, négociations internationales : quelle place pour les brebis dans l’Europe de demain ? ». Animée par Philippe Chotteau, chef du département économie de l’Institut de l’Elevage français, elle aura pour objectif de débattre des enjeux à venir pour les éleveurs ovins sur la scène européenne et au-delà. Participeront à ces échanges, 2 députés européens Marc Tarabella (BE) et Eric Andrieu (FR), Sabine Laruelle (BE), (ex-ministre fédérale de l’agriculture), John Bryan (IR) (Président du groupe de travail du forum européen sur la viande ovine) et Michel Barnier (FR) (négociateur en chef de l'Union européenne sur le Brexit), en tant que grand témoin de cette table ronde.

L’enjeu du congrès

Si le rôle du congrès est de faire le point sur les actions de l’année écoulée, mais aussi pour parler avenir et prospective, les visites d’exploitations et d’entreprises feront de l’événement un moment convivial permettant aux intervenants de la filière de découvrir de nouvelles régions et d’élargir leur champ de vision.

Au programme

Mercredi 26 avril :

Soirée d’accueil, dès 17h, à Marchin avec la visite l’exploitation de M. et Mme Jean Devillers et fils et, vers 19h, présentation de la filière laine.

Jeudi 27 avril:

Différentes visites professionnelles seront proposées en journée, avant la soirée de Gala qui se tiendra à Libramont.

Vendredi 28 avril:

Séance plénière et table ronde autour du Brexit, de la Pac et des négociations internationales.

Infos complètes sur www.fno2017.be

Le direct

Le direct