Accueil Bovins

Carence en calcium autour du vêlage: une ration adaptée pour aider l’éleveur à s’en prémunir

La carence en calcium reste un problème courant en élevage laitier. Lors du passage du tarissement à la lactation, les besoins en calcium de l’organisme de la vache sont soudainement beaucoup plus importants. Lorsque la vache ne parvient pas à maintenir son taux de calcium sanguin, on parle ainsi d’hypocalcémie.

Temps de lecture : 6 min

Au moment du vêlage, une laitière a besoin d’énormes quantités de calcium en raison du démarrage de la lactation, à commencer par le colostrum. Le corps de la vache doit donc s’adapter rapidement pour répondre à ce besoin croissant. S’il ne le fait pas, l’animal présentera les symptômes typiques de la fièvre de lait. L’incapacité de l’animal à se redresser est largement connue. L’affection est le plus souvent observée dans les 24 heures qui suivent le vêlage, mais elle peut survenir de 24 heures pré- à 3 jours post-partum.

Les vaches puisent initialement le calcium dans leur sang. S’ils ne le font pas, le calcium est mobilisé à partir des os par l’intermédiaire de l’hormone parathyroïdienne et de la vitamine D et une plus grande quantité sera absorbée à partir de l’alimentation. De plus, une quantité moindre de calcium sera excrétée par l’urine. Si quelque chose ne va pas dans ces processus, une carence en calcium se produira brièvement. Pensez à la réduction de la consommation d’aliments pendant la période de transition (période autour du vêlage), qui réduit également l’apport en calcium.

L’hypocalcémie se présente de deux manières différentes

Sous la forme clinique

Tout d’abord, avec la maladie clinique du veau, on voit des vaches qui ne peuvent plus se redresser car la fonction musculaire est réduite. Parfois, nous voyons déjà des animaux marcher moins bien ou avoir du mal à se redresser hors de leur logette. La température du corps va baisser et le rythme cardiaque augmenter. Nous divisons le degré de la forme clinique en 3 stades. Au stade 1, l’animal est encore debout, au stade 2, il est couché mais toujours alerte. Au stade 3, toujours couché, il ne réagit pas aux stimuli, voire il est comateux.

Sous la forme subclinique

Sous la forme subclinique, l’affection passe inaperçue. Toutefois, elle peut encore avoir un impact majeur sur la santé de la vache et donc sur la production de lait. Le calcium étant important pour le fonctionnement des muscles lisses, l’utérus se contracte moins fortement et les chances de réussite du vêlage sont plus faibles. Le système digestif sera également moins actif, ce qui entraînera une diminution de l’absorption et de la digestion des aliments. En conséquence, d’autres problèmes se présenteront, tels que le déplacement de la caillette et la réduction de la production de lait. Enfin, les vaches se couchent davantage, ce qui augmente le risque d’infection de la mamelle.

Diagnostic par les symptômes ou par une analyse de sang

Le diagnostic est basé sur les symptômes cliniques. Le taux de calcium sanguin peut également être testé. Ainsi, nous pouvons être sûrs qu’il s’agit d’une carence en calcium, car les signes cliniques de celle-ci peuvent ressembler de près à des lésions nerveuses ou à une mammite sévère à E.coli, où la vache reste également couchée. Pour la détection de la forme subclinique, la détermination du taux de calcium dans le sang est le meilleur moyen.

Plus la vache est âgée, plus elle est susceptible de développer une carence en calcium. Les génisses, par exemple, seront en mesure d’ajuster leur métabolisme calcique beaucoup plus rapidement, alors que cela est plus lent chez les vaches plus âgées. En outre, une génisse en première lactation produira moins de colostrum qu’une multipare. Sachant que le colostrum contient beaucoup plus de calcium que le lait ordinaire, cela explique aussi la plus grande susceptibilité à l’affection chez les vaches âgées par rapport à une génisse.

Une action rapide est nécessaire

En termes de traitement, il est important de savoir que l’hypocalcémie est une urgence. Plus une vache reste couchée longtemps, plus elle subit des dommages aux muscles, aux nerfs, etc. L’efficacité du traitement dépend fortement de la durée de l’indisponibilité de la vache. En outre, une vache peut tomber dans le coma et même mourir en raison d’un manque de calcium.

Le traitement consiste principalement à administrer du calcium et du magnésium par perfusion directement dans le sang de la vache. En outre, un anti-inflammatoire/anti-douleur peut également être administré, notamment en cas de lésions musculaires. Il va sans dire que les vaches doivent toujours avoir un accès illimité à de l’eau propre et à des aliments frais. Les vaches ne peuvent pas le chercher elles-mêmes à la table d’alimentation, il faut donc le lui proposer. Enfin, on peut la hisser à la verticale à l’aide d’un lève-vache pour stimuler la circulation sanguine dans les muscles afin d’éviter d’autres dommages. Il est également important de changer régulièrement le côté duquel se couche l’animal.

Un monte-charge utilisé pour hisser les vaches.
Un monte-charge utilisé pour hisser les vaches. - UGent

De bonnes chances de succès

Après un traitement intraveineux au calcium, nous constatons que les fonctions des muscles et du système digestif reviennent rapidement. Les vaches se lèvent souvent d’elles-mêmes quelque temps après le traitement. Il est recommandé de coucher les animaux dans de la paille ou, si le temps le permet, à l’extérieur dans la prairie. Cela permet à la vache d’avoir une bonne prise lorsqu’elle tente à nouveau de se redresser.

Si cela n’est pas possible, on peut également fixer des entraves aux pattes arrière, ce qui réduit leur tendance à glisser. Si les vaches essaient de se tenir debout sur un sol plus lisse, elles risquent d’endommager davantage leurs muscles et leurs os en tombant ou en faisant des tentatives répétées pour se redresser.

Les vaches au troisième stade (sans réaction, coma) mettent généralement un peu plus de temps à se relever sans aide. Néanmoins, nous constatons que même ces cas se relèvent souvent après le traitement.

Principalement la prévention par le rationnement du stock sec

La ration joue un rôle important dans l’apparition ou non de l’hypocalcémie dans une exploitation. Par exemple, dans une ration sèche, les niveaux de calcium et de potassium ne doivent pas être trop élevés. Si l’on donne trop de calcium dans la période précédant le vêlage, le métabolisme qui régule l’entretien du calcium sera moins ou pas actif. S’il y a ensuite une augmentation soudaine de la demande de calcium, il faudra un certain temps pour que ce métabolisme se remette en marche, avec toutes les conséquences que cela implique. À son tour, un excès de potassium entraînera également une perturbation du métabolisme du calcium.

Le magnésium joue également un rôle majeur dans l’absorption du calcium. Par exemple, le magnésium permet d’activer la vitamine D, qui à son tour augmente l’absorption du calcium par l’intestin et les os. Le magnésium doit être absorbé en permanence dans l’alimentation car les vaches n’en ont pas de réserves. La complémentation en minéraux de la matière sèche peut certainement être utile à cet égard, car la plupart des fourrages grossiers sont plutôt pauvres en magnésium.

Les sels anioniques peuvent également être utilisés dans la ration. Ces sels abaissent l’équilibre des ions chargés positivement et négativement dans la ration, améliorant ainsi la fonction du métabolisme du calcium. Il faut cependant faire attention, car ces sels rendent généralement la ration moins appétissante pour les vaches.

Une autre bonne mesure préventive consiste à administrer des bolus de calcium aux vaches qui viennent de vêler. Cette mesure permettra également de résoudre les problèmes liés aux formes subcliniques. Elle n’est recommandée que lorsque la ration est au point. Le bolus doit être administré dans les 2 heures suivant le vêlage, puis à nouveau 12 heures plus tard. Si cela s’avère difficile pour des raisons logistiques, l’administration du jour suivant convient également. Cependant, il est important que les vaches avalent bien, afin que le bolus atteigne bien l’œsophage.

D’après Karel Schroyen

UGent

A lire aussi en Bovins

Des Belges dans le Limousin: garder, via les échanges, une race en mouvement

Bovins Comme nous vous l’avions relaté dans notre édition du 1er septembre, une délégation d’éleveurs conduite par le Herd-book Limousin Belge s’est rendue mi-juin dans le berceau de la race pour des visites d’élevage et d’une station de sélection : Moussours. Discussion avec Vincent Rabeux et Olivier Lasternas, respectivement les présidents des Herd-books limousins belge et français, sur l’importance de ce genre d’échanges.
Voir plus d'articles