Accueil Economie

Prix alimentaires mondiaux: un retour à la stabilité, après 6 mois en recul

Les cours internationaux des différents produits alimentaires suivis par la Fao s’affichent une nouvelle fois en recul, à l’exception des céréales. Ce qui se traduit par un certain équilibre.

Temps de lecture : 2 min

Les prix mondiaux des produits alimentaires sont restés globalement stables en octobre, la hausse des prix des céréales ayant été plus que compensée par la baisse des cours des autres produits de base, constatait l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (Fao), le 4 novembre.

Léger recul du prix du sucre

Les prix des céréales ont augmenté de 3 % au cours du mois. Les prix mondiaux du blé ont progressé de 3,2 %, reflétant principalement les incertitudes liées aux conditions de transport des céréales en mer Noire, ainsi qu’en raison d’une révision à la baisse des disponibilités aux États-Unis. Les prix internationaux des céréales secondaires ont augmenté de 3,5 % par rapport à septembre, les prix du maïs augmentant encore plus en raison de la baisse des perspectives de production aux USA et dans l’Union européenne, ainsi que des conditions d’ensemencement sèches en Argentine. S’y ajoute l’incertitude quant aux exportations de l’Ukraine. Les prix internationaux du riz ont, eux, augmenté de 1 %.

Les huiles végétales voient leur prix baisser de 1,6 % en octobre et se situer à près de 20 % en dessous de leur niveau de l’année précédente. La hausse des cours internationaux de l’huile de tournesol a été plus que compensée par la baisse des prix mondiaux des huiles de palme, de soja et de colza.

Enfin, les prix du sucre ont reculé de 0,6 %, soutenu par l’amélioration des perspectives de production en Inde. Des facteurs tels que les pluies qui ont entravé la progression de la récolte au Brésil, la forte demande à l’importation en provenance d’Indonésie et de Chine, et la hausse des cotations de l’éthanol au Brésil, ont limité la baisse des prix du sucre d’un mois sur l’autre.

Faible demande en viande

Les prix des produits laitiers ont perdu 1,7 %. Des achats chinois moins importants que prévu, une demande d’importation peu dynamique et l’affaiblissement de l’euro par rapport au dollar américain ont contribué à cette baisse.

Enfin, les prix de la viande ont faibli de 1,4 % par rapport à septembre. Les prix internationaux de la viande ovine, porcine, bovine et de la volaille ont tous baissé en raison d’une demande d’importation mondiale généralement faible et d’une augmentation des stocks exportables.

A lire aussi en Economie

Fonds sanitaire: quand les cotisations seront-elles perçues?

Elevage Le SPF Santé publique, Sécurité de la Chaîne alimentaire et Environnement prépare la campagne de perception des cotisations 2024 pour le Fonds budgétaire pour la Santé, la Qualité des animaux et des Produits animaux. En voici l’agenda et les modalités pour les différents secteurs concernés.
Voir plus d'articles