Existe-t-il un lien entre la dermatite des fentes du pis et la maladie de Mortellaro?

Une comparaison macroscopique de la dermatite mammaire ulcérative et de la maladie de Mortellaro. Les deux affections se caractérisent par des lésions ouvertes exsudatives et douloureuses.
Une comparaison macroscopique de la dermatite mammaire ulcérative et de la maladie de Mortellaro. Les deux affections se caractérisent par des lésions ouvertes exsudatives et douloureuses. - UGent

L es lésions légères de la dermatite de la mamelle ressemblent à de petites taches rouges semblables à des eczémas, qui peuvent évoluer vers de grandes lésions exsudatives et fortement odorantes. Du pus, du sang, des croûtes et du tissu de granulation peuvent être présents dans les plaies ouvertes. La fièvre et la perte d’appétit sont rarement observées. Il est important de traiter les lésions au stade léger le plus tôt possible. Les plaies peuvent se cacher entre les plis de la peau, ce qui rend leur détection difficile, surtout lorsqu’on travaille avec un robot de traite. Les animaux, qui ressentent une certaine gêne, peuvent les lécher, ce qui entrave la cicatrisation des plaies. En outre, la veine de la mamelle peut être touchée et/ou une embolie pulmonaire peut survenir, avec des conséquences dramatiques.

Dans un certain nombre d’études, la prévalence dans les exploitations à problèmes a été estimée entre 0 et 22 %. Dans une étude néerlandaise, le pourcentage était beaucoup plus faible : jusqu’à 13 % des vaches de différentes exploitations étaient atteintes de DFP. Notons que celle-ci ne doit pas être confondue avec l’eczéma inguinal chez les génisses. Elle se situe entre l’aine des pattes arrière et la mamelle. La peau est très irritée et peut éventuellement être infectée par toutes sortes de germes. Les abrasions sont causées par le contact étroit d’une mamelle gonflée et d’une patte arrière. On trouve souvent des germes Fusobacterium dans de telles plaies.

La maladie de Mortellaro

Une maladie de la peau souvent liée à la DFP est la maladie de Mortellaro ou dermatite digitée (DD). Cette maladie courante se manifeste principalement sur les pattes arrière des bovins laitiers et présente différents stades aigus et chroniques (M0-M4.1). Les phases aiguës sont caractérisées par des ulcérations douloureuses et hémorragiques. Les lésions chroniques présentent une croûte sombre temporaire avec une peau épaissie en dessous. Malgré le traitement, les vaches peuvent rechuter régulièrement.

Contrairement à la DFP, on observe non seulement un impact négatif sur le bien-être, mais aussi sur la fertilité et le rendement laitier. Il n’existe pas de chiffres connus concernant la fréquence de la maladie de Mortellaro en Belgique. Une étude néerlandaise a estimé la prévalence des troupeaux entre 0 et 83 %, et celle des vaches à 21,2 %. Selon une étude norvégienne de 2007, la prévalence chez les vaches à viande se situe entre 0 et 7,6 %.

Développement de la DFP et de la DD

La cause de la DFP reste encore inconnue, bien que les facteurs propres à la vache jouent certainement un rôle important. Dans plusieurs études, aucune corrélation avec la gale ou avec un germe spécifique n’a pu être trouvée. La flore et la barrière cutanées sont quelque peu perturbées. Dans une étude néerlandaise, aucun champignon, Escherichia coli et Staphylococcus aureus n’a été trouvé dans les échantillons de peau.

La corrélation avec les tréponèmes, bactéries qui jouent un rôle clé dans la maladie de Mortellaro, n’est pas encore claire. Des études suédoises indiquent la présence d’une population diversifiée de celles-ci dans la peau de la mamelle affectée, tandis qu’un groupe de recherche anglais et néerlandais n’a pas pu trouver un tel lien avec la DFP. Une étude égyptienne a trouvé des tréponèmes liés à Mortellaro à la fois dans le premier lait et sur la peau de la mamelle. En d’autres termes, il n’y a pas de consensus sur la présence de tréponèmes. Par conséquent, un lien définitif avec lesdites bactéries ne peut être établi sur cette base. L’examen microscopique d’échantillons de la peau affectée indique une réaction inflammatoire chronique.

Comme pour la DFP, le développement de la maladie de Mortellaro pose encore question, bien que les facteurs de risque aient fait l’objet de nombreuses recherches. L’humidité, une mauvaise hygiène, des facteurs génétiques, l’immunité et les tréponèmes jouent tous un rôle dans le développement de la DD. Il y a un processus inflammatoire chronique en cours, associé à la présence de tréponèmes dans la peau.

La conformation de la mamelle joue un rôle crucial dans le développement de la dermatite mammaire ulcérative. La suspension et la profondeur de la mamelle évoluent au cours  de la carrière de la vache laitière. C'est peut-être la raison pour laquelle  les vaches âgées sont plus sensibles à ces lésions.
La conformation de la mamelle joue un rôle crucial dans le développement de la dermatite mammaire ulcérative. La suspension et la profondeur de la mamelle évoluent au cours de la carrière de la vache laitière. C'est peut-être la raison pour laquelle les vaches âgées sont plus sensibles à ces lésions. - UGent

Facteurs de risque

De nombreux facteurs de risque sont liés au développement de la dermatite de la fente du pis.

–  Urée

Des chercheurs suédois ont constaté qu’un faible taux d’urée dans le lait (< 3,7 mmol/l) est associé à un risque réduit de la DFP.

–  Conformation de la mamelle

La conformation de la mamelle est également un facteur prépondérant. Plusieurs études ont montré que la fixation et la profondeur de la mamelle sont d’une importance capitale. Les plis et/ou les creux de la peau sont l’environnement idéal pour la DFP, car elle peut provoquer des blessures par abrasion. L’humidité et les germes peuvent s’accumuler entre ces plis de la peau. Une augmentation des jours de lactation, un niveau de production élevé (et donc aussi une pression plus forte sur les mamelles) et une parité croissante semblent augmenter le risque. Ces facteurs entraînent à leur tour des changements de conformation de la mamelle : la profondeur de la mamelle augmente et l’attache devient plus lâche.

– Parité

Les chercheurs néerlandais ont fixé la limite inférieure d’un risque accru à la 3e parité. La raison pour laquelle les vaches âgées sont plus sensibles est inconnue, mais elle pourrait être liée à des modifications de la peau et des mamelles liées à l’âge et à une capacité réduite de cicatrisation des plaies. Ce dernier cas est très différent de celui de la maladie de Mortellaro, où l’augmentation de la parité est associée à un risque plus faible. Cela peut être dû à des changements de conformation des pieds et au fait que la réponse immunitaire devient plus efficace avec l’âge des vaches. En outre, les génisses connaissent des changements très intenses autour du premier vêlage, ce qui les rend plus susceptibles de développer une DD.

– Stade de lactation

Les lésions de la DFP peuvent être observées aussi bien pendant la lactation que pendant la période de tarissement. Une étude suédoise a montré que les animaux ne guérissaient généralement pas pendant le tarissement. En revanche, les vaches présentent un risque réduit de maladie de Mortellaro en phase de tarissement. Cela peut être dû principalement à un bilan énergétique plus positif, à un stress métabolique moindre et à une consistance plus solide des déjections. Il n’y a pas de corrélation avec le nombre de cellules somatiques, que ce soit pour la maladie de Mortellaro ou pour la DFP, bien qu’une forme sévère de cette dernière puisse augmenter jusqu’à 3,3 fois le risque de mammite clinique. L’interaction entre cette dernière et la DFP n’est pas encore totalement claire. Les germes responsables des mammites ne sont généralement pas présents dans la flore cutanée des vaches atteintes.

– Lésions du talon

Dans certaines études, les vaches présentant des lésions du talon ont montré un risque accru de DFP légère. Une étude anglaise de 2016 a trouvé des tréponèmes liés à la DD dans les lésions ouvertes du jarret. On pense que les lésions ouvertes des pattes constituent un réservoir de germes et peuvent ainsi infecter d’autres plaies et/ou d’autres animaux.

– Race

Il semble y avoir un effet spécifique à la race : les rouges suédoises et, dans une moindre mesure, les croisements avec cette race présentent généralement une prévalence plus élevée que les pie noire suédoises, par exemple. Les rouges suédoises ont généralement des pis plus profonds et une meilleure santé des mammelles par rapport aux noires. Les vaches Holstein-Friesian, en revanche, sont extrêmement susceptibles de développer la maladie de Mortellaro.

Des traitements communs ?

Il n’existe pas de stratégie miracle pour le traitement de ces deux pathologies. Un dépistage régulier du troupeau est nécessaire.

La DFP est souvent traitée à long terme par un lavage au savon, une solution de povidone iodée ou de peroxyde d’hydrogène, du miel et un spray de chlorotétracycline. Une étude néerlandaise a montré l’effet positif d’un produit topique à base d’alginogel enzymatique sur les lésions graves.

Chez les vaches dont la parité est supérieure ou égale à 5, on a constaté une amélioration significativement moindre des plaies graves lors de l’utilisation de ces produits topiques.

Les alginogels, qui stimulent la production de peau, ont un effet antibactérien et aident à rafraîchir la plaie en profondeur. Selon la même étude, l’utilisation d’un tissu qui place un film barrière sur des lésions légères et de petite taille n’a pas produit d’amélioration significative.

Selon certains auteurs, une solution chélatrice de cuivre et de zinc, qui est également souvent utilisée pour traiter la DD, a un bon effet sur les lésions graves de la DFP. Le zinc favorise le processus de cicatrisation et la production de cellules cutanées, tandis que le cuivre a un effet antimicrobien. Pour un effet optimal, ces produits peuvent être appliqués tous les deux jours ou quotidiennement après un nettoyage complet de la peau.

À ce jour, aucun germe n’a été trouvé pour causer la DFP, bien que les lésions puissent être colonisées par des germes opportunistes. Dans ce contexte, il est préférable de choisir un traitement qui favorise principalement la cicatrisation des plaies et qui ne risque pas de laisser des résidus dans le lait. Des soins adéquats et à long terme des plaies chroniques sont essentiels pour surmonter la DFP.

La maladie de Mortellaro peut également être traitée, en plus de la solution de chélates de cuivre et de zinc, par d’autres sprays ou produits tels que la chlorotétracycline sous un pansement. Outre l’entretien curatif des lésions actives, les bains de pieds sont utilisés pour maintenir une faible prévalence chez les vaches et les troupeaux.

Une étude suédoise récente a révélé que 38 % des cas de DFP dans un troupeau à forte prévalence présentaient une guérison spontanée des lésions. Par la suite, environ la moitié de ce groupe a développé à nouveau des lésions DFP. Les cas légers ont guéri en 4 à 8 semaines après la première observation. La guérison spontanée de lésions graves est assez rare. La probabilité d’une guérison spontanée diminuait à mesure que les lésions étaient présentes et plus grandes. Dans une étude néerlandaise, il a été observé qu’il fallait environ 16 semaines pour qu’une blessure guérisse.

Le lien avec Mortellaro n’est toujours pas clair

Traitez rapidement une plaie due à une DFP en la nettoyant soigneusement, en retirant les croûtes et en la traitant avec un produit à base d’alginogel ou une autre pommade pour les soins de la peau. Ces blessures guérissent assez lentement, surtout si elles sont présentes depuis un certain temps. Les lésions de la DFP peuvent être très étendues, ce qui ralentit considérablement le processus de guérison. Ne pas les traiter (à temps) peut avoir des conséquences fatales, comme une hémorragie mortelle par la veine de la mamelle ou une embolie pulmonaire.

Pour les deux maladies – DFP et DD – l’hygiène générale dans l’étable doit être optimale. Les produits qui sont efficaces contre la maladie de Mortellaro peuvent également être utilisés dans le traitement de la DFP. Le principal agent pathogène lié à la DD, Treponema spp, ne peut pas encore être identifié avec une totale certitude comme la cause de la DFP. Par conséquent, l’accent est plutôt mis sur les produits de soins de la peau pour le traitement des lésions de la DFP, tels que les alginates enzymatiques. Les facteurs liés à la conformation de la mamelle, à la parité et au rendement laitier sont indiqués comme facteurs de risque.

Les vaches à forte production sont les plus exposées à la fois à la DFP et à la maladie de Mortellaro, bien que cette dernière soit plus fréquente chez les jeunes vaches. La recherche ne permet pas d’établir un lien définitif entre le TUC et la maladie de Mortellaro, mais on ne peut l’exclure à ce stade.

D’après Anne-Sofie Vermeersch

UGent