Accueil Environnement

Du changement pour les parcelles situées en bord de cours d’eau

En Wallonie, le code de l’eau interdit l’accès au bétail aux cours d’eau et impose une bande tampon de 6 mètres de large le long des berges, sur laquelle ne peuvent être épandus ni engrais ni produit phytosanitaire.

Temps de lecture : 4 min

Dans le but d’améliorer la qualité de l’eau et de protéger mieux la nature le long de nos rivières, ces mesures ont été renforcées au niveau régional en 2019 (Article 3 du Décret du 2 mai 2019). Il est désormais prévu une obligation de couvert végétal permanent pour ces bandes tampons sur une largeur de 6 mètres en bordure de cours d’eau dont l’entrée en vigueur est fixée au 1er octobre 2021 sur l’ensemble du territoire. Les modalités complètes de cette nouvelle législation doivent encore faire l’objet d’une circulaire en cours d’élaboration par les services du SPW. Cette mesure limitera notamment les phénomènes d’érosion, qui ont un impact négatif sur la qualité de nos rivières. Si cette obligation ne change rien pour les zones herbagères, elle impacte en revanche les zones de cultures.

Une des solutions pour assurer la couverture permanente ? La plantation

Une des solutions pour bien valoriser cette surface de couverture permanente est la plantation d’arbres et de buissons sous forme de cordon rivulaire. Ledit cordon présente plusieurs avantages pour l’agriculteur. Il agit comme brise-vent, permettant ainsi en prairie de protéger le bétail et, en culture, de limiter le dessèchement. Il permet également de limiter l’érosion et évite l’avancée du cours d’eau dans les terres en stabilisant les berges.

Un régime d’aides financières

En Wallonie, il existe deux régimes de subventions pour la plantation de cordons rivulaires. Ils peuvent conduire à un remboursement qui totalise presque la totalité des plants installés et de la main-d’œuvre : les modalités de ces subventions sont accessibles sur les sites https ://yesweplant.wallonie.be et www.wallonie.be/fr/demarches/participer-au-programme-wallon-de-developpement-rural-2014-2022.

Paillage des plants.
Paillage des plants.

À ces subventions s’ajoute potentiellement une nouvelle Maec créée pour aider les agriculteurs qui se lancent dans la plantation en bord de cours d’eau : la présence d’un cordon rivulaire en prairie donne droit à l’exploitant à une compensation annuelle de 450 €/ha sur une largeur de 20 mètres à partir du cours d’eau. Pour plus de renseignements sur cette mesure, vous pouvez consulter le site internet de Natagriwal, ou directement votre conseiller (www.natagriwal.be, rubrique MAEC).

Si vous cultivez des terres en bordure de cours d’eau et que vous souhaitez des informations pour planter un cordon rivulaire, vous pouvez contacter Kathleen Mercken : kmercken@natagriwal.be ou au 0493/93.44.60.

Un agriculteur témoigne

Bernard Chaufouraux, agriculteur à Sombreffe, a planté un kilomètre de cordon rivulaire. Il nous explique sa démarche :

« C’est de toute façon interdit de pulvériser et de mettre de l’engrais sur une largeur de 6 mètres, et le bord du cours d’eau demandait un entretien régulier. Le cordon rivulaire empêche les mauvaises herbes de la berge de venir dans ma prairie, tout en ayant un entretien plus léger. C’est un peu de travail, on peut tailler un tiers tous les 3 ans, juste côté parcelle et sur le dessus, mais je préfère entretenir quelque chose qui me sert. Et il y a une compensation financière qui nous aide aussi, les incitants financiers sont intéressants : un bord de rivière où on ne peut pas mettre d’engrais et pas désherber ne rapporte pas énormément. On est gagnant financièrement quand on installe un cordon et qu’on bénéficie de la MAEC. On peut faucher la prairie quand on le souhaite, on doit juste laisser 10 % sur pied, ça ne change pas notre gestion habituelle. Avant de se lancer, il faut bien réfléchir à la façon dont on va planter la haie. On a planté 1km de haie en un jour et demi car c’était bien réfléchi, on avait une bonne organisation. »

La Wallonie et la Flandre se sont unies pour les développer les cordons rivulaires à travers un projet ambitieux cofinancé par l’Europe : le projet Life BNIP (www.life-BNIP.be). En Région wallonne, ce projet est piloté par le Service Publique de Wallonie, en collaboration avec Natagriwal.

D’après Natagriwal

A lire aussi en Environnement

La Wallonie en passe d’adopter son nouveau programme de réduction des pesticides

Cultures Le 20 octobre, le Gouvernement wallon a approuvé en première lecture le troisième Programme de réduction des pesticides pour la période 2023 à 2027. Pour la ministre régionale de l’Environnement, Céline Tellier, porteuse du texte, celui-ci « permettra de réduire l’utilisation de pesticides sur les terres wallonnes en vue de préserver l’environnement tout en proposant des actions concrètes pour veiller à la santé des agriculteurs et riverains ».
Voir plus d'articles