En 10 ans, baisse de 43% de la consommation d’antimicrobiens vétérinaires en Europe

Rapporté à la quantité de production (viande ou lait), les plus gros consommateurs  d’antibiotiques dans l’UE sont Chypre, la Pologne, l’Italie et le Portugal.
Rapporté à la quantité de production (viande ou lait), les plus gros consommateurs d’antibiotiques dans l’UE sont Chypre, la Pologne, l’Italie et le Portugal. - JackF - stock.adobe.com

Les ventes globales d’antibiotiques rapportées à la quantité de production dans les vingt-cinq pays qui ont fourni des données sur l’ensemble de la période 2011-2020 sont passées de 161,4 mg/unité de production en 2011 à 91,6 mg en 2020. Mais une augmentation de 6 % est constatée entre 2019 et 2020. « Les données des prochaines années sont nécessaires pour mieux comprendre cette augmentation », indique l’agence européenne.

Les ventes d’antimicrobiens considérés comme essentiels en médecine humaine, elles aussi, ont sensiblement diminué, constate l’Ema, « et ne représenteront plus que 6 % des ventes totales en 2020 ». En particulier, les ventes de céphalosporines de troisième et quatrième génération ont chuté de 33 %, celles des polymyxines de 76 %, celles des fluoroquinolones de 13 % et celles des autres quinolones de 85 %.

Des baisses importantes en France et en Allemagne

Rapporté à la quantité de production (viande ou lait), les plus gros consommateurs d’antibiotiques dans l’UE sont Chypre (394 mg/unité), la Pologne (188 mg), l’Italie (182 mg) et le Portugal (176 mg). Parmi les bons élèves figurent la Suède (11 mg) et la Finlande (16 mg). Les pays avec les plus importants cheptels comme la France (56 mg) et l’Allemagne (87 mg) ont enregistré une baisse de leur consommation d’antibiotiques de plus de 50 % en dix ans. En 2020, la valeur moyenne de consommation se situait autour de 89 mg/unité de production et la valeur médiane à 51,9 mg/unité de production.

Les variations importantes observées entre les pays sont en partie dues à des différences dans l’occurrence des maladies, dans la composition de la population animale et dans les systèmes de production, analyse l’Ema qui ajoute qu’il existe également des variations considérables en termes de directives de prescription, de traitements et de doses quotidiennes utilisées pour les divers agents antimicrobiens et formes pharmaceutiques.