La Wallonie devrait bientôt disposer d’unités mobiles pour l’abattage de bovins

La Wallonie devrait bientôt disposer d’unités mobiles pour l’abattage de bovins

Cette résolution, cosignée par les députés André-Pierre Puget (Indépendant), Jenny Baltus-Möres (MR-PFF) et Josy Arens (cdH), devrait favoriser les abattages à la ferme et, plus généralement, les circuits courts, ont souligné ses auteurs. «Le recours à l’abattage mobile est plus respectueux pour le bovin qui reste dans son élément et sera abattu dans des conditions plus dignes», a par ailleurs précisé, au cours des débats en séance plénière, Jenny Baltus-Morës selon qui tant les éleveurs que les consommateurs sont favorables à cette initiative. Absentes en Wallonie, des unités mobiles d’abattage existent déjà dans plusieurs pays européens, dont la Suède où quelque 5.500 animaux sont abattus annuellement depuis 2015. En Belgique, la construction d’un camion d’abattage couterait environ 750.000 euros.

Le direct

Le direct