Accueil Bovins

Des partenaires français, wallons et flamands s’associent pour former des salarié.es

En raison de leurs évolutions structurelles, les exploitations bovines font aujourd’hui face à une pénurie de main-d’œuvre. Pourtant le secteur offre une multitude d’opportunités pour les demandeurs d’emploi. Comment dès lors faire se rencontrer l’offre et la demande ? Cela passe entre autres par la création de formations aux métiers de l’élevage. Une conférence thématique, sous forme de webinaire, s’est tenue le 11 octobre 2021 pour présenter cet axe de travail du projet CowForme.

Temps de lecture : 5 min

Au cours du webinaire, les partenaires de CowForme ont dressé le contexte et présenté les actions menées dans le cadre du projet pour amener les demandeurs d’emploi à s’intéresser à l’élevage bovin.

Perspectives d’emploi et besoins en main-d’œuvre dans la zone franco-belge

Il existe un potentiel d’emploi dans la zone transfrontalière franco-belge avec près de 567.000 demandeurs d’emploi inoccupés en Hauts de France, 211.000 en Wallonie et 195.000 en Flandre.

En parallèle, la pression sur le travail des éleveurs de bovins est croissante depuis quelques dizaines d’années en raison de l’augmentation de la taille du cheptel avec une main-d’œuvre présente sur la ferme qui n’évolue guère. En 2019, une exploitation bovine située en Flandre ou dans les Hauts de France détenait en moyenne 124 bovins alors que ce chiffre est de 140 en Wallonie. Cette évolution se marque tant pour les élevages laitiers qu’allaitants. Ainsi, au cours des vingt dernières années, le nombre de vaches laitières par exploitation a augmenté de 109 % en Flandre, 41 % en Wallonie et 54 % en Hauts de France.

Pour mieux appréhender la situation, une enquête a été menée en septembre 2020 sur les conditions de travail des éleveurs bovins (164 répondants). Le manque de temps libre est source d’insatisfaction pour 74 % d’entre eux. D’une manière générale, la majorité des répondants est en cours de réflexion pour améliorer leur situation. Les solutions envisagées sont multiples et comprennent l’équipement (pour 55 % des éleveurs laitiers et 20 % des éleveurs allaitants), la simplification des pratiques (pour 29 % des éleveurs) ou encore la réorganisation de la main-d’œuvre (pour 25 % des éleveurs laitiers et 7 % des éleveurs allaitants). Peu d’éleveurs envisagent l’embauche (12 % des répondants) mais beaucoup s’interrogent sur la question (49 % des répondants). Les freins à l’embauche évoqués sont principalement de nature économique (pour 82 % des éleveurs concernés) ou liés à la difficulté de trouver un bon candidat (54 %).

Il existe donc des opportunités à saisir dans le secteur en matière de mise à l’emploi pour combler le besoin en main-d’œuvre des exploitations bovines. CowForme cherche à rapprocher demandeurs d’emploi et éleveurs/futurs employeurs par la mise en place de formations aux métiers de salarié.e en élevage. 12 formations seront ainsi organisées et des référentiels pédagogiques transfrontaliers seront mis en place sur la zone transfrontalière franco-belge.

Stratégie de promotion des métiers de salarié.e en élevage

Pour promouvoir de manière efficace les métiers de salarié.e en élevage, les partenaires CowForme ont questionné des demandeurs d’emploi sur leurs visions de l’agriculture et de l’élevage en particulier, ainsi que sur les freins et les motivations liés à ce domaine d’activités. On constate que les demandeurs d’emploi recherchent avant tout l’épanouissement dans leur travail (pour 44 % des répondants), la reconnaissance, de bonnes conditions de travail ou encore la prise de responsabilités. Les métiers de l’agriculture sont parfois perçus négativement du fait de la pénibilité des tâches, des horaires ou encore du manque de rémunération. À l’inverse, les aspects « nature », « variété des tâches » ou encore « autonomie » sont des points positifs cités par les demandeurs d’emploi. Le métier de salarié.e en élevage reste toutefois mal connu. Les partenaires CowForme ont alors décidé de créer des vidéos visant à présenter différentes facettes du métier de salarié.e en élevage bovin. À partir des témoignages de Pierre (FR), Marijn (FL) et Vincent (WL), partageant leur vécu et leur quotidien de salarié en élevage, cinq vidéos ont été créées. Parmi ces dernières, 4 vidéos thématiques détaillent leurs parcours professionnels, l’organisation des tâches, la communication avec l’éleveur ou encore leur relation avec l’employeur. Ces vidéos sont disponibles sur la chaîne Youtube du projet (https ://www.youtube.com/channel/UC72HAf0iwWIR7hpAnvHhaHQ).

Création de formations pour les demandeurs d’emploi

Des formations aux métiers de salarié.e en élevage vont être organisées en France (par le GEIQ-Rural des Flandres), en Wallonie (par le FOREM) et en Flandre (par INAGRO). Ces structures ont défini une trame commune pour les trois régions. Ainsi, les formations seront de type court et alterneront les périodes pratiques et théoriques. Le socle commun rassemble 5 thématiques :

– présentation de l’élevage laitier ;

– alimentation des bovins ;

– traite des vaches laitières ;

– soins aux troupeaux ;

– sécurité sur le lieu de travail.

En Flandre, les formations démarreront le 15 décembre 2021.

En France, 4 sessions de formations seront organisées. Elles auront lieu en Flandres, Thiérache-Hainaut, Somme et Pas-de-Calais. Ces formations dureront de 1.5 à 2 mois avec deux semaines de stages et débuteront en février 2022.

En Wallonie, 3 sessions de formations seront organisées. Elles auront lieu en Wallonie Picarde, en province du Luxembourg, et en province de Namur. La formation durera de 6 à 8 mois pour laisser un maximum de place à la pratique. Aussi 80 % de la formation se déroulera en exploitation agricole. Durant la formation, le stagiaire aura droit à ses allocations de chômage ainsi qu’à une indemnité mensuelle de 350€/mois versée par l’entreprise.

42-3987-COWFORME

Le webinaire a été l’occasion de promouvoir les prochaines actions orientées « éleveurs » du projet CowForme :

– organisation de 3 voyages transfrontaliers pour les éleveurs (23 novembre, 30 novembre et 7 décembre) sur la thématique « Quelles stratégies pour améliorer la qualité de vie au travail des éleveurs ? ». 3 fermes laitières ouvrent leurs portes et présenteront les stratégies mises en place pour améliorer leurs conditions de travail.

– création de formations au management pour les éleveurs dans les 3 versants couverts par le projet (France, Flandre et Wallonie). Elles permettront de leur donner des clés pour faciliter l’embauche.

A lire aussi en Bovins

Moussours et son schéma de sélection poussé

Bovins Après avoir visité le Pôle de Lanaud et différents éleveurs, les « Limousins Belges » se sont rendus dans la station de Moussours, en Corrèze. Celle-ci sert à évaluer les qualités maternelles de génisses issues d’inséminations de testage et filles de taureaux limousins présélectionnés par Créalim en vue d’une large diffusion par IA. Retour sur le schéma de sélection.
Voir plus d'articles