Accueil Environnement

Et nos (Hainaut) saules têtards?

Des saules têtards à tailler ou à planter ? Les partenaires du projet « Et nos (Hainaut) saules têtards ? » s’en occupent… presque gratuitement !

Temps de lecture : 3 min

D ans le cadre de la démarche « Yes, we plant » et grâce au soutien de la Wallonie, les Parcs naturels du Pays des Collines, des Plaines de l’Escaut et des Hauts-Pays se sont associés à la Heph-Condorcet pour planter 5.000 perches, tailler (restaurer) 500 saules têtards et étudier des pistes de valorisation des résidus de taille via le projet « Et nos (Hainaut) saules têtards ? ». Ce projet, qui doit durer trois ans, est né du constat de la disparition dans nos campagnes de cet arbre typique du Hainaut. Son existence repose sur des tailles régulières (tous les 8-10 ans) qui provoquent cette forme si particulière. Par manque d’entretien, on observe donc le dépérissement de nombreux têtards qui éclatent sous les branches devenues trop lourdes. Et ce serait bien dommage qu’ils disparaissent vu tous les services qu’ils peuvent fournir et cela d’autant plus avec les changements climatiques que nous connaissons !

Pourquoi planter des saules têtards ?

Grâce à sa croissance très rapide, c’est LA méthode la plus efficace pour produire du bois de chauffage. Cet arbre peut être taillé régulièrement (1 à 3 ans) pour fournir du fourrage, idéal lors de sécheresses estivales (autorisé à partir du 31 juillet).

Grâce à ses racines et à la décomposition du feuillage, il améliore nettement le sol et le taux d’humus. Planté en alignement, il atténue localement les météos défavorables. Planté au niveau des berges, le saule têtard freine leur érosion.

Chaque arbre participe au bien-être du cheptel en fournissant de l’ombre et une protection contre les intempéries. Il améliore la biodiversité favorable aux cultures. Les rendements agricoles augmentent grâce à tous ces bénéfices.

Profitez des saules têtards pour augmenter vos revenus

Depuis le 1er octobre 2021, il est obligatoire d’implanter un couvert végétal permanent de 6m le long de tous les cours d’eau, même les non classés. Ledit projet est donc une piste pour continuer à valoriser cet espace perdu. Il est possible d’y planter des saules têtards qui permettront de continuer à rentabiliser ses terres grâce aux produits du saule.

D’autre part, les prairies sont toutes indiquées pour planter : d’abord, avec les étés caniculaires qui sont de plus en plus réguliers, la plantation de perches de saules est idéale pour apporter l’ombre nécessaire au bien-être animal. Ensuite, avec l’augmentation du coût de l’énergie, le bois de chauffage est à nouveau prisé ; ce qui rend les prés opportuns pour en produire. Enfin, les résidus de taille des saules peuvent se valoriser de différentes manières, notamment comme amendement des sols en déficit de matière organique mais aussi en fourrage !

Il est possible d’agir en faveur de la nature et d’en tirer directement des bénéfices. Planter des perches de saule, c’est agir pour le climat, la biodiversité, mais c’est aussi et surtout se rendre service ainsi qu’à ses enfants.

Comment ?

Si l’on souhaite planter des perches de saule ? Elles sont fournies gratuitement.

Si l’on souhaite faire planter de nouveaux saules ou faire tailler ses anciens saules têtards par un professionnel ? Les partenaires s’occupent de tout (désignation d’une entreprise, organisation des chantiers…) en échange d’une participation de 3 € par perche plantée et 30 € par saule têtard taillé.

Dans tous les cas, c’est Nicolas Tytgat, chargé de projet, qui détaillera les modalités pratiques. Il est aussi possible de prendre contact pour tout intérêt par les filières de valorisation du saule tels que le broyat (BRF) ou les plaquettes de chauffage.

Plus d’infos : 068/54.46.01 ou n.tytgat@pnpc.be.

A lire aussi en Environnement

La Wallonie en passe d’adopter son nouveau programme de réduction des pesticides

Cultures Le 20 octobre, le Gouvernement wallon a approuvé en première lecture le troisième Programme de réduction des pesticides pour la période 2023 à 2027. Pour la ministre régionale de l’Environnement, Céline Tellier, porteuse du texte, celui-ci « permettra de réduire l’utilisation de pesticides sur les terres wallonnes en vue de préserver l’environnement tout en proposant des actions concrètes pour veiller à la santé des agriculteurs et riverains ».
Voir plus d'articles