En cas d’achat de produits phyto, les fiches «zones tampon» à disposition

En cas d’achat de produits phyto, les fiches «zones tampon» à disposition

Bien choisir ses produits, c’est aussi tenir compte des obligations en matière de zones tampon et de réduction de la dérive. C’est pourquoi, prendre en compte les restrictions d’utilisation et comparer les alternatives de produits est un réflexe à adopter lors de vos achats. Toutefois, vérifier chaque étiquette peut s’avérer être un travail fastidieux. De plus, la superposition des règles relatives aux zones tampon fédérales et régionales rend le sujet particulièrement complexe. Dès lors, l’asbl Protect’eau met à disposition des fiches zones tampon pour vous aider dans cette tâche !

Celles-ci permettent une vue d’ensemble sur les mesures de protection des eaux de surface et des organismes non-cibles à prendre en compte.

Ces fiches sont déjà disponibles pour les principales grandes cultures (froment, escourgeon, épeautre, betterave, chicorée, maïs, colza, épeautre, lin) et la prairie.

Où les trouver ?

Sur www.protecteau.be >publications >fiches techniques. Ces fiches sont à jour. Son utilisateur dispose donc des dernières informations en la matière.

Zoom sur les principales modifications

Au niveau des principaux changements par rapport à 2021, on peut noter que les fongicides à base de mancozèbe (Cymax, Fantic M, Fortuna Gold, Mancoplus 75 WG, Penncozeb, Prozeb…) ne peuvent plus être utilisés dès le début de cette année suite au non-renouvellement de la substance active au niveau européen.

Autres molécules dont la date limite d’utilisation est à présent dépassée : le bromoxynil (maïs : Nagano, Bromotril SC…) et le thiophanate (céréales : Fanatyl, Topsin M 500 SC…).

Pour plusieurs produits, les mesures de réduction du risque se renforcent :

Les produits à base de prosulfocarbe principalement utilisés en pomme de terre et céréales (Defi, Jura, Spow, Roxy…) doivent désormais être appliqués avec du matériel réduisant la dérive de 90 %.

Ci après, les autres changements notables en froment (F), escourgeon (E) et épeautre (Ep) (Tab. 1), en pommes de terre (Tab. 2), en maïs (Tab. 3).

Le renforcement de ces mesures de réduction de la dérive est dû, par exemple, à des constats de contaminations des eaux de surface, des problèmes de toxicité, des dépassements des limites maximales en résidus, etc. C’est pourquoi, il est primordial de respecter les conditions d’utilisation des produits phytopharmaceutiques.

Toutes les informations sont disponibles sur www.protecteau.be.

D’après Protect’eau

Le direct

Le direct