Accueil Economie

Royaume-Uni/Brésil : la question de la viande bloque les négociations

Les négociations pour un accord de partenariat économique entre le Royaume-Uni et le Brésil n’ont pas encore pu démarrer en raison d’un différend autour des mesures sanitaires et phytosanitaires (SPS) sur la viande bovine. Londres avait notamment un temps envisagé d’entamer les négociations le 31 janvier mais a dû finalement se résigner à les reporter sine die.

Temps de lecture : 2 min

Brasilia dénonce le refus de Londres d’inclure ces mesures SPS aux discussions. Le gouvernement de Jair Bolsonaro souligne que depuis le Brexit, le Royaume-Uni n’est plus tenu de respecter les exigences sanitaires de l’UE. Par conséquent, il appelle Londres à adopter dorénavant des mesures sanitaires modernes et de supprimer, du même coup, les barrières commerciales sur le bœuf. Une autre plainte concerne la suspension par l’UE, suite à l’opération Carne Fraca, du système dit de « préliste » par lequel un producteur de viande reçoit l’autorisation immédiate d’exporter sans avoir à subir d’inspections préalables distinctes. Bien que l’UE maintienne cette mesure, Brasilia considère de nouveau que le Royaume-Uni n’est pas tenu de suivre cette règle. Sur ce point, les exportateurs brésiliens protestent contre le fait que les douanes britanniques examinent à la loupe tous les lots de viande qui arrivent dans le pays. De son côté, le gouvernement britannique a expliqué qu’il n’avait pas la main pour négocier les mesures sanitaires et phytosanitaires, car c’est une agence indépendante qui les réglemente.

Londres assure tout de même qu’« il y a suffisamment de place pour avancer dans les mois à venir, et Brasilia ne devrait pas voir cela comme un jeu à somme nulle. Ce n’est qu’un début ». Aujourd’hui, le Brésil exporte déjà du bœuf, des fruits, des noix, des jus et du café torréfié à destination du Royaume-Uni. En revanche, des quotas restrictifs sont imposés sur les expéditions de viande de poulet, de viande porcine et de poisson. Les produits laitiers n’ont, eux, pas accès au marché britannique.

A lire aussi en Economie

Lait : après la pluie, le beau temps

Economie Secteur sensible s’il en est, le lait semble toujours sur le feu. Jan de Keyser, spécialiste Agriculture chez BNP Paribas Fortis, l’a surveillé au cours de ces derniers mois. Pour livrer quelques impressions et esquisser l’une ou l’autre tendance.
Voir plus d'articles