Accueil Conso

Agrofournitures: la concentration du secteur inquiète les Amis de la Terre

Dans son Atlas agroalimentaire, présenté le 31 octobre à Bruxelles, l’Ong les Amis de la Terre dénonce « les effets dramatiques du système alimentaire mondial qui a été rapidement monopolisé par un nombre toujours plus restreint d’entreprises toujours plus grandes à tous les stades de la chaîne alimentaire ».

Temps de lecture : 2 min

Près de la moitié des denrées alimentaires vendues dans l’Union européenne proviennent de dix chaînes de supermarchés seulement et 50 entreprises agroalimentaires représentent la moitié de l’ensemble des ventes mondiales de denrées alimentaires, indiquent les Amis de la Terre. Une monopolisation jugée alarmante par l’Ong, car « elle remet en cause les choix des consommateurs, des agriculteurs, les emplois et les conditions de travail et la production alimentaire à l’avenir ».

Autre constat : entre 2015 et 2016, cinq des douze plus importantes fusions entre sociétés cotées en Bourse sont survenues dans le secteur agro-industriel. Les sociétés de capital-investissement – plutôt que les actionnaires des sociétés – sont de plus en plus souvent à l’origine de la concentration du secteur agroalimentaire, souligne l’atlas agroalimentaire publié par les Amis de la terre.

L’Ong demande dès lors à la Commission européenne de mettre un coup de frein à cette tendance. Elle vise en particulier le projet de rachat du géant américain Monsanto par son concurrent allemand Bayer.

La Commission européenne a annoncé le 5 octobre la suspension temporaire de sa procédure d’enquête sur cette opération. La date butoir pour finaliser l’enquête était fixée au 22 janvier, mais les services de la concurrence bruxellois ont décidé de reporter leur décision « afin de permettre aux deux sociétés de fournir des informations jugées importantes par l’institution européenne ».

Bayer a depuis annoncé avoir signé un accord avec son compatriote Basf pour lui céder des semences et des herbicides afin de satisfaire aux exigences des autorités européennes.

A lire aussi en Conso

Colruyt paiera encore plus cher sa viande de bœuf

Bovins Colruyt augmente à nouveau le prix d’achat des carcasses de bœuf, après avoir déjà fait un geste à la mi-février. «Il est clair que le secteur de la viande bovine est durement touché aujourd’hui», a déclaré Gunter Uyttenhove, directeur de Fine Food chez Colruyt Group.
Voir plus d'articles