Accueil Economie

Sécurité alimentaire : le Pacte Vert encore pointé du doigt

Plusieurs eurodéputés ont une nouvelle fois insisté pour que les mesures de réduction des pesticides et des engrais inscrites dans le Pacte Vert soient reportées.

Temps de lecture : 2 min

Dans un contexte de crises, plusieurs eurodéputés de la commission de l’Agriculture ont, une nouvelle fois appelé à revoir à court terme, sans les remettre en question, les objectifs du Pacte Vert afin d’assurer la sécurité alimentaire.

Avec la hausse des prix des engrais liés à ceux du gaz et les incertitudes entourant les exportations de céréales ukrainiennes en mer Noire, ils ont notamment demandé à la commission de reporter ses propositions sur la réduction de 50 % des pesticides et de 20 % des engrais d’ici 2030. Selon eux, le contexte actuel n’est pas propice pour la mise en place de telles mesures.

Une position également défendue depuis le début par le Copa-Cogeca. « Les objectifs inscrits dans le cadre du Pacte Vert deal n’ont pas prévu les crises cumulées (Covid-19, guerre en Ukraine, énergie, climat) que les agriculteurs européens ont dû affronter depuis deux ans. Par conséquent, il est nécessaire d’actualiser ces objectifs, nous ne pouvons accepter une diminution de la production agricole européenne », a expliqué le syndict européen. Avant de souligner « l’important pour l’UE est de fournir à l’agriculture de l’UE des outils permettant d’atteindre ses objectifs de durabilité sans réduire la production, par exemple les NBT (nouvelles techniques de sélection génomique) ».

Spéculation sur les matières agricoles

Des eurodéputés écologistes ont quant à eux surtout souligné les dérives de la spéculation internationale comme étant l’une des causes qui contribuent à aggraver l’insécurité alimentaire mondiale, en poussant les prix vers le haut.

La commission devrait pour sa part présenter, à l’occasion de la prochaine conférence annuelle sur les perspectives agricoles prévue du 8 au 9 décembre, un projet de rapport sur les principaux moteurs de la sécurité alimentaire.

A lire aussi en Economie

Œufs, lait : une succession de crises en Europe

Economie La situation de l’élevage, et de la production de lait et d’œuf en particulier, est « délicate », « exceptionnelle », et n’incite pas « à l’optimisme », a admis Pierre Bascou, le directeur en charge des marchés à la direction générale de l’agriculture de la commission européenne, devant les eurodéputés de la commission de l’Agriculture le 8 novembre dernier.
Voir plus d'articles