Floraison terminée ou presque dans les colzas

Vue d’une parcelle en fin de floraison, avec une bonne formation des siliques.
Vue d’une parcelle en fin de floraison, avec une bonne formation des siliques. - M. de N.

Au 15 mai, les champs de colza d’hiver les plus avancés étaient défleuris. La floraison y aura été rapide, à la suite de chaudes journées. Les siliques continuent à grandir, mais leur nombre n’évoluera plus.

En revanche, dans les champs de colza ayant subi de nombreux avortements de boutons floraux, on peut voir des pédoncules sans silique. Ces champs continuent de fleurir, et ceci permettra aux plantes un certain rattrapage, par la formation de nouvelles siliques dont le nombre s’accroît encore. Leur maturité sera plus tardive.

Des ravageurs bien présents

Dans les pétioles des feuilles du bas, on retrouve des larves d’altises résultant de pontes survenues à l’automne. Des tiges déformées indiquent la présence de larves de charançons de la tige, dont les adultes ont été observés au début du printemps.

Par ailleurs, des larves de méligèthes sont présentes dans les fleurs, de même que les premières larves de cécidomyies des siliques dans quelques siliques perforées par le charançon des siliques.

Ce printemps 2018, outre ses extrêmes climatiques, aura donc aussi donné lieu à une forte pression des insectes ravageurs en colza d’hiver.

Christine Cartrysse

, Appo, Cepicop;

Michel De Proft

, Cra-w