Évolution tout en contraste de l’industrie alimentaire belge: «du bon, du moins bon et du très préoccupant!»

Les exportations demeurent le moteur de croissance de l’industrie alimentaire belge. Ce sont surtout les exportations vers les marchés d’outre-mer comme la Chine (ci-dessus), les États-Unis, le Canada et la Corée du Sud qui augmentent progressent.
Les exportations demeurent le moteur de croissance de l’industrie alimentaire belge. Ce sont surtout les exportations vers les marchés d’outre-mer comme la Chine (ci-dessus), les États-Unis, le Canada et la Corée du Sud qui augmentent progressent. - M. de N.

«  La bonne nouvelle est qu’en qualité de plus grand employeur industriel du pays, nous créons des emplois supplémentaires et nous nous portons toujours bien sur les marchés d’exportation. Le revers de la médaille est que notre moteur de croissance, à savoir les exportations, commence à s’essouffler. De plus, les exportations ne compensent plus les ventes sur le marché intérieur, qui continuent à se dégrader. Par conséquent, notre chiffre d’affaires global pour la première fois depuis des années », explique...

Cet article est réservé aux abonnés

Lire la suite de cet article ? Enregistrez-vous gratuitement et lisez 3 articles supplémentaires

Enregistrez-vous pour lire plus d'articles gratuitement
J'en profite
Je suis abonné et
je dispose déjà d'un compte
Je me connecte
Je suis abonné au journal
mais n'ai pas encore activé mon compte en ligne
Je m'inscris

Le direct

Le direct