«Je ne regrette pas d’avoir opté pour les circuits courts vu l’état de la filière bovine»

Le cheptel limousin compte 120 têtes. « Par rapport aux prairies disponibles et à la taille des bâtiments, c’est optimal », estime Jean-Yves.
Le cheptel limousin compte 120 têtes. « Par rapport aux prairies disponibles et à la taille des bâtiments, c’est optimal », estime Jean-Yves. - J.V.

Ses grands-parents étaient agriculteurs… Son papa, expert-comptable de profession, élevait quelques têtes de bétail une fois ses journées terminées et a repris la ferme en 1981… C’est donc tout naturellement qu’en 1995, son graduat d’agronomie en poche depuis un an, Jean-Yves Jamoye lui succède à la tête de l’exploitation familiale.

Durant plusieurs années, l’éleveur fait évoluer la ferme. Il quitte progressivement les anciens bâtiments qu’occupaient ses grands-parents au profit d’une nouvelle...

Cet article est réservé aux abonnés

Lire la suite de cet article ? Enregistrez-vous gratuitement et lisez 3 articles supplémentaires

Enregistrez-vous pour lire plus d'articles gratuitement
J'en profite
Je suis abonné et
je dispose déjà d'un compte
Je me connecte
Je suis abonné au journal
mais n'ai pas encore activé mon compte en ligne
Je m'inscris

Le direct

Le direct